Tag: construction

Actions pour la Transition au Pré

Nous reproduisons ci-après le document in extenso remis à l’équipe municipale lors d’une première réunion le 17 septembre 2015.

Etaient présents à cette réunion

Pour la Mairie :
– Gérard Cosme, Maire du Pré-Saint-Gervais
– Anna Angeli 5e adjointe au Maire. Projet éducatif, Parentalité – Développement durable – Numérique – Politique de la Ville
– Nicola Tirot, directeur de cabinet du Maire

Pour l’Association le Pré en Transition :
– Christophe Antiphon
– Marie-Georges Guerineau
– Sophia Lamri
– Olivier Nouvian

 Télécharger le PDF

Notes de travail
réunion du 17 septembre 2015

 

CONTEXTE

L’association Le Pré en Transition.

Bilan après 1 an d’existence. Participation à de nombreux événements au Pré (soupe Transition, vide-grenier, fête de la Transition et “la rue est a nous”). Dialogues avec habitant.e.s aux profils très variés. Accueil très positif des Gervaisien.ne.s. Constat : fin du déni concernant le réchauffement climatique (épisodes et pics de pollution, de canicules…). Les habitant.e.s s’engagent concrètement (2 AMAP au Pré, gestion du jardin partagé et du compost par le Pouce vert, la Chenille réseau d’échange local, un ReparCafé qui s’organise…).

>> La Transition est en marche au Pré !

 

CHANGEMENT CLIMATIQUE : épisodes caniculaires, dégradation des ressources en eau, inondations et mouvements de terrain, pollution.

PIC PÉTROLIER : dépendance aux énergies fossiles.

>> Urgence à agir face à une perspective d’”effondrement”. Un changement de paradigme est inévitable.

 

Nécessaire mobilisation des acteurs locaux (municipalité, associations…) face au réchauffement climatique et au pic pétrolier. Changement de paradigme, un engagement par des actions concrètes. En cohérence avec le programme de l’Agenda 21 et le Plan Climat Energie Territorial (PCET). L’Association peut jouer un rôle de “facilitateur”.

>> Pour une ville résiliente et agréable à vivre.

 

Vidéo d’Ungersheim, village en Transition.

 

action #1 : Transports et déplacements doux.

Enjeux : Le secteur du transport premier poste d’émission de Gaz à Effet de Serre (GES) sur le territoire (Est-Ensemble). Lutter contre la pollution et le stress (nuisances sonores, embouteillage). Favoriser les déplacements doux pour une ville plus agréable à vivre. Action n°14 de l’Agenda 21.

  • Passer la “place Danton” et la rue André Joineau en zone de rencontre (20 km/h).
  • Priorité à donner aux rues avec écoles et rues commerçantes pour installer les limitations de vitesse.
  • Rendre aux piétons temporairement des rues (avec installation de bancs et tables, animations, jeux).
  • Toute la ville avec vitesse limitée à 30 km/h. Communiquer sur les bienfaits d’une vitesse réduite (pollution/économies/sécurité). Sensibiliser : qualité de l’air sur panneaux lumineux.
  • Le vélo comme levier essentiel pour diminuer la place de la voiture. Mettre en place un “plan vélo” : parkings collectifs sécurisés, aide à l’achat de vélo électrique, campagne de marquage antivol.
  • Ateliers participatifs de réparation de vélos.

 

action #2 : Énergie.

Enjeux : pour participer à la lutte contre le réchauffement climatique recourir à des énergies renouvelables (qui émettent moins de Gaz à Effet de Serre) et accompagner cette démarche d’un plan d’économie d’énergies.

  • Passage progressif pour les bâtiments de la ville à un fournisseur d’électricité à base d’énergies 100% renouvelables (Enercoop).
  • Un plan d’économie d’énergie pour compenser l’augmentation du coût. (réduire l’éclairage public et municipal, ou bien, par exemple, supprimer les éclairages de Noël comme à Ungersheim). « L’énergie la moins chère est celle qu’on ne consomme pas.» Quid de recourir à un “économe de flux” (comme à Montreuil) chargé de détecter et de résoudre les déperditions et utilisations inutiles d’énergie sur le territoire ?
  • Choisir un ou des bâtiments emblématiques (Mairie, gymnase, école) afin de communiquer sur la source d’énergie renouvelable. Message type : “Toute l’électricité consommée dans cette école est d’origine 100% renouvelable”.
  • Étendre l’opération des “familles à énergie positive” à une école.
  • Quid d’installer des panneaux solaires (production électrique ou eau chaude) sur le toit des écoles et bâtiments administratifs ? si problème de budget, quid de recourir (en complément) à une épargne collaborative (cf. http://energie-partagee.org/) ?
  • Impliquer les habitant.e.s pour repérer les éclairages publics inutiles et autres sources d’économie. Un numéro de téléphone ou une adresse email dédiés ?
  • Favoriser l’amélioration de l’isolation thermique des logements existants. 25% à 30% de la population présente un risque de précarité énergétique (+10% du budget familial consacré à l’énergie).

 

action #3 : Manger autrement.

Enjeux : L’alimentation représente 24% du bilan carbone du territoire (Est-Ensemble). L’alimentation a des impacts multiples : empreinte écologique des modes de productions agricoles (pollution des sols, santé). Résilience. Economie locale. Gaspillage. Gestion des déchets.

  • 1 repas “sans protéines animales” par semaine en restauration collective : l’élevage comme source importante du réchauffement climatique et de la déforestation.
  • État des lieux au Pré : sur les 4 derniers mois (mai-août), les menus de cantine comportent systématiquement 2 repas « bio » (avec viande ou poisson) et 1 repas « alternatif » (annoncés « sans protéines animales » – à noter, en juin, un autre repas non étiqueté était végétarien).
  • Le menu végétarien est en cours de développement à Paris avec un Plan d’alimentation durable (2015-2020) qui vient d’être adopté par la Ville de Paris (1er juillet 2015) : réduction “de 20%  de la part carnée des repas en proposant un menu végétarien par semaine”.
  • Introduire des ingrédients ou des produits systématiquement bio et locaux (meilleure gestion des filières – Par exemple, n’utiliser que des carottes bio et locales).
  • Quid d’une cuisine centrale sur Est-Ensemble ? soutenir la démarche de l’association “Pas d’usine, on cuisine” (cf. Page FB)
  • Accompagner la démarche d’un projet pédagogique mettant en avant les circuits courts, des cours de cuisine “santé”.

 

action #4 : Une ville végétale et comestible.

Enjeux : la nature en ville contribue à lutter contre les îlots de chaleur, à absorber les émissions de Co2 et à rendre la ville plus agréable à vivre.

  • Lutter contre les îlots de chaleur (cf article du site PSGT).
  • Espaces innovants : Jardin partagé le Pouce vert ; murs et toits ; “coins verts” : petits espaces dans la rue (trottoir et/ou rue) par exemple plots béton pour éviter le stationnement (cf. Annexe exemples de Montreuil). Actions n°15 – 61 de l’Agenda 21.
  • Lister les murs et toits qui pourraient être végétalisés. Révision du PLU dans ce sens pour les nouvelles constructions. Action n°6 de l’Agenda 21.
  • Sanctuariser les friches en espaces verts (îlots de fraîcheur) pour créer des lieux de convivialité : potagers de quartier (cf. Annexe et article site web). Action n°3 de l’Agenda 21.
  • Exemple de Paris : “permis de végétaliser” (pieds d’arbres).
  • Planter des arbres fruitiers ; bacs à légumes en libre-service. Pour une ville fleurie ET comestible.

 

action #5 : Une démarche “zéro-déchets”.

Enjeux : les ordures ménagères représentent 83% des déchets sur Est-Ensemble. Économiser les ressources naturelles en réduisant la production de déchets. Réduction à la source (moins d’emballage, moins de gaspillage alimentaire, moins de sacs plastiques…). Réemploi, la réparation, la revente, le don des objets pour prolonger leur vie. Recyclage pour donner une nouvelle vie aux matières.

  • Perfectionner et étendre la démarche de Est-Ensemble autour du compostage (fourniture de bacs à compost, lombricomposteurs, formation…).
  • Étendre le réseau des bacs à compost (équiper tous les squares par exemple) en impliquant le personnel communal dédié aux espaces verts (formation de Maître composteur). Action n°60 de l’Agenda 21.
  • Bacs à compost pour les bio-déchets du Marché.
  • Bacs à compost dans les écoles (les enfants pourraient y déposer les déchets de la maison). Action n°48 de l’Agenda 21.
  • Actions de sensibilisation au Marché.
  • Déchets verts : fournir des sacs et organiser la collecte. Consigne de bouteilles en plastique. (Déchetterie mobile?)
  • Interdiction des sacs plastiques (cf. dossier déposé auprès de l’ADEME pour la sensibilisation).
  • Initiative Zéro-déchet (exemple de Roubaix).

 

action #6 : Relocaliser.

Enjeux : organiser la résilience d’un territoire passe par une relocalisation de l’économie, un renforcement des liens entre les habitants.

  • Déployer la Pêche (monnaie locale de Montreuil) au Pré et sur Est-Ensemble. (Cf. Annexe et article site PSGT). Action n°35 de l’Agenda 21.
  • Des aides sociales pourraient se faire en Pêche.
  • Favoriser les circuits-courts. Panier AMAP pour les employés communaux et élus ? Action n°53 de l’Agenda 21.
  • Local permanent pour héberger différentes activités associatives (café associatif, bricothèque, RéparCafé, espace troc, distribution AMAP, coopérative d’achat, expo…). Action n°40 de l’Agenda 21.
  • Mettre en place un Tiers-lieu permettant aux Gervaisien.ne.s d’améliorer leur qualité de vie en travaillant dans la commune (transports doux moins stressants, temps libre pour les enfants, travailler ensemble autrement…) (Cf. Annexe et article site PSGT)
  • Quid d’un local au rez-de-chaussée de l’immeuble construit sur l’îlot Danton ?

 

action #7 : Autour du Bien/Mieux Vivre.

Enjeux : et si la solution au Vivre Ensemble passait par le Bien (ou Mieux) Vivre ?

  • Proposer des ateliers éducatifs dans les écoles en lien avec le jardin partagé (jardinage, compost, bio-diversité), avec l’alimentation (bien manger, connaître les légumes, contre la junk food, cuisiner). Action n°29 de l’Agenda 21.
  • Créer de la convivialité à une échelle hyper-locale (la rue) : repas, jeux en bois pour les enfants.
  • Mettre en place des supports de communication pour valoriser et relayer les initiatives de Transition. Par exemple, un encart Transition dans chaque PréVoir (avec emplacement et nombre de signes garantis).
  • Proposer un budget participatif sur une thématique engageante. (exemple de Montreuil).

 

L’association le Pré en Transition peut favoriser l’implication des habitant.e.s et des associations dans ces différentes initiatives en effectuant un travail d’accompagnement.

> Organiser régulièrement des Rencontres conviviales et ouvertes à tous sur ces thématiques (projection film, discussion…). Promouvoir des actions individuelles et collectives.

> Eco-roulotte pour une présence sur le terrain (au Marché, lors d’événements…).

> Une mini-conférence climat/Transition au Pré à la P’tite Criée :

– être en résonance avec la COP21 qui se tiendra à quelques kilomètres

– montrer l’engagement de la commune

– continuer cette mission de sensibilisation (panneaux, soupe, conférence…)

Références

Références à l’Agenda 21

Le Plan Climat Air Energie Territorial d’Est Ensemble.

 

Annexes

Des idées pour le Pré-Saint-Gervais ! #Transition

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et vous quelles idées de #Transition pour la #Ville du Pré ?
N’hésitez pas à intervenir en commentant cet article !

Aménagement de l’îlot Danton : osons la transition !

Voici reproduit in-extenso le courrier déposé à la Mairie et remis en propre au Maire du Pré-Saint-Gervais, Gérard Cosme, et au conseiller communautaire, Claude Bartolone.

 

 

AMENAGEMENT DE L’ILOT DANTON

Déclassement des voiries publiques
Dossier d’enquête publique

 

 

OBSERVATIONS ET REMARQUES

REPONSES ET PROJET

 

 

 La parution de l’enquête d’intérêt publique sur le site du Pré, concernant la transformation de l’espace Danton, nous amène à vous interpeller aujourd’hui.

Les échanges qui ont eu lieu lors des ateliers urbains ont induit certaines modifications au projet. Pour autant, la dimension sociale et inclusive de l’espace Danton pour les différents quartiers de la ville, et les fonctions écologiques élémentaires de l’espace ont été oubliées.

En effet le projet ne prend pas en compte les nécessités fondamentales suivantes:

  • Réduire la pollution atmosphérique
  • Créer une place publique fédératrice
  • Développer les espaces verts, protéger la nature et une biodiversité menacée
  • Innover en construisant un habitat à énergie positive exemplaire

 

1) Une pollution atmosphérique inquiétante.

Est-il pertinent d’élargir l’espace réservé aux automobilistes ?

Ne serait-il pas opportun de limiter la circulation sur la future place Danton invitant les automobilistes à choisir un autre itinéraire pour rejoindre l’avenue Jean Jaurès et en limitant le stationnement au strict minimum ? La rue Danton devenant piétonnière, le contournement de la place se faisant par les rues parallèles. En revanche, l’aménagement de la rue Pierre Brosselette proposé dans le projet est adopté.

Cette proposition s’inscrit comme une réponse à l’urgence de prévenir les nuisances dues à la pollution automobile.

Les pics de pollution au Pré se sont en effet succédés en 2014 avec des taux extrêmement élevés, notamment les 22 et 23 septembre derniers, atteignant plus de 76 millions de particules fines (PM) dans l’air, sachant que la norme européenne est de 10 PM (cf. AirParif)

« La pollution atmosphérique concerne 60 % des Français et est responsable d’environ 42 000 décès prématurés chaque année. Les effets sur la santé des polluants atmosphériques sont avérés et ont aussi un coût économique : entre 20 et 30 milliards d’euros par an pour les dommages sanitaires causés par les seules particules fines. La France fait en outre face à un enjeu réglementaire puisqu’elle est actuellement en contentieux avec l’UE. En ce sens, elle risque une amende importante pour non respect des valeurs limite au polluant « PM10 ». (cf. ministère de l’environnement)

 

2)    Créer une place publique fédératrice

Le projet de réaménagement de l’îlot Danton pour créer enfin une vraie place piétonnière au Pré-Saint-Gervais est une opportunité exceptionnelle. Pourquoi ne pas s’en saisir ?

Créer une place, c’est aménager un espace qui assure une liaison entre les Gervaisiens et constitue un lieu de sociabilité accueillant, adapté aux besoins de la ville. La place facilite le dialogue et la mixité générationnelle et sociale, elle est aussi un abri pour se protéger du chaos du trafic. La place piétonnière valorise la marche, essentielle et élémentaire pour la santé et la qualité de vie. C’est aussi la façon la plus naturelle de se déplacer et une pratique partagée de la rue et de la citoyenneté en ville.

La place est aussi un lieu de vie que l’on traverse, que l’on visite, où l’on s’arrête, qui favorise la rencontre et la discussion. Nous proposons que l’îlot Danton devienne Place Danton, priorisant un cheminement piétonnier vert autour et dans le jardin et reliant les habitants de tous les quartiers. Le projet d’un poulailler dans le jardin est à l’étude. Il ouvrira à une autre relation au vivant, pour le plaisir des passants, les petits comme les grands.

« Tous les gouvernements et les autorités locales sont invités à faciliter l’usage des espaces publics tels que les rues, parcs et marchés, de manière à favoriser la convergence sociale, culturelle et environnementale pour que tout les citoyens aient accès aux espaces publics dans un paysage socialement juste te dans des conditions environnementales résiliente. »

(Source : Résolution de l’ONU habitat en 2011)

 

3)    Développer les espaces verts, protéger la nature et une biodiversité menacée

Avec moins de 6 m2 d’espace vert par habitant, la plus petite commune de France est aussi l’une des plus démunies d’Europe en la matière !

Une urbanisation sans limite se fait mécaniquement au détriment de la biodiversité, pourtant essentielle à la préservation du vivant et à l’adaptation aux changements (climatiques, économiques …)

 « La faible étendue du territoire de la commune ne permet pas la présence de nombreuses espèces, végétales ou animales, ce qui donne une diversité moins élevée que dans le reste du département » (Agenda 21 du PSG)

Préserver la biodiversité, c’est préserver le patrimoine de notre ville. La biodiversité du jardin partagé fait partie du patrimoine du Pré St Gervais, elle doit être protégée et peut même être mieux valorisée sans surcoût économique.

Aussi le jardin doit-il être préservé dans son intégralité.

«  (…) la qualité de l’air, les êtres vivants, la biodiversité font partie du patrimoine commun de la nation Cette souveraineté implique une responsabilité par rapport à la protection et à la gestion durable de ce patrimoine. » (Projet de loi biodiversité mars 2014, p. 10)

Dans une autre note émanant du Ministère de l’Ecologie, il est précisé :

« Il est toutefois essentiel d’assurer une répartition équilibrée des espaces verts ouverts au public et de soutenir la création de jardins de proximité, notamment dans les tissus urbains denses : jardins publics, jardins partagés, (…). Ces lieux ouverts sur le quartier favorisent échanges, créativité, solidarité, initiatives citoyennes et rencontres entre les générations et les cultures. Ils permettent en outre de tisser des relations entre les différents lieux de vie, de réduire les phénomènes d’exclusion et de ségrégation socio-spatiale »

 

4) Innover en construisant un habitat à énergie positive exemplaire

Aujourd’hui Le Pré-Saint-Gervais (comme le reste du monde) est confronté à une problématique inédite dans son histoire, celle du réchauffement climatique, de la pollution et de la fin programmée des énergies fossiles (cf. Agence Internationale de l’Energie). Notre commune est concernée, car fortement dépendante du fait de l’ancienneté de son parc immobilier (55% des logements utilisent le fioul ou le gaz. cf. agenda 21).

La conception du futur bâtiment doit être à ce titre exemplaire, et le futur immeuble doit être conçu selon les critères des bâtiments à énergie positive visant à la réduction d’émission de gaz à effet de serre.

« Si certains y arrivent, pourquoi pas tout le monde? » a déclaré la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royale le 12 septembre 2014 à Paris 11ème, lors de sa visite d’inauguration d’un immeuble social de 17 logements à énergie positive. Construction qui n’a coûté que 10 % de plus qu’un bâtiment classique de même dimension.

« …elle avait exprimé son souhait que les nouveaux bâtiments publics, ou subventionnés, soient à « énergie positive » (produisant plus d’énergie qu’ils n’en usent).. Une obligation qui doit être inscrite dans le projet de loi sur la transition énergétique, dont l’examen débute le 1er octobre à l’Assemblée nationale. » (Source AFP 12/09/2014)

A l’heure où il se confirme qu’une élévation de la température supérieure à 3,6 ° sera inévitable à la fin du siècle et dont les conséquences seront catastrophiques (Rapport OCDE, 12 novembre 2014), l’urgence des bonnes conduites à tenir s’impose et nous engage tous. L’avenir de la génération montante (nos enfants et petits-enfants) est désormais directement menacé !

Le réaménagement de l’îlot Danton en Place Danton, est une occasion unique dans l’histoire du Pré St Gervais pour mettre en oeuvre une politique résiliente exemplaire, contribuant à réduire les émissions de gaz à effet de serre et ses conséquences pour la santé de ses habitants, de renforcer le lien social et la dimension pédagogique entre l’homme et la nature.

Conscients de la difficulté que présente l’approche nouvelle que nous avons développée, nous sommes en mesure de proposer à vos côtés, un projet soutenu par des urbanistes travaillant dans ce sens.

Alors, en 2015, année de la conférence mondiale sur le climat en Seine-St-Denis, ensemble, pour le Pré-Saint-Gervais, OSONS LA TRANSITION !

 

Collégiale de l’Association Le Pré-Saint-Gervais en Transition

Des murs en paille…
une idée béton.

DES MURS EN PAILLE : UNE IDÉE EN BÉTON POUR LA NOUVELLE CONSTRUCTION DE L’ÎLOT DANTON

(extrait de Batiactu 10/01/2014)

Si les constructions bois se multiplient, la résidence Jules Ferry de Saint-Dié dans les Vosges, est pour l’heure unique en son genre. Les bâtiments écologiques étaient, jusqu’à présent, limités en hauteur à 3 ou 4 niveaux. Mais la tour HLM voulue par le bailleur social “Le Toit Vosgien” atteint les 8 étages et répond à toutes les contraintes : solidité, durabilité, sécurité… Labellisé écoconstruction, Passiv’haus et Ultra-basse consommation, l’immeuble de logements fait appel à une structure en bois massif et à une isolation en paille. En tout, 700 caissons de bois préfabriqués de 40 cm d’épaisseur, renfermant l’isolant, ont été assemblés en seulement douze mois de chantier. Une solution choisie pour son aspect développement durable (la paille et le bois sont des ressources naturelles renouvelables) et pour ses caractéristiques physiques.

Ecologique = logiquement économique ?

Conçue selon les concepts bioclimatiques, la résidence de 26 logements dispose de nombreux équipements afin d’assurer des performances environnementales de premier plan et un confort de vie pour ses occupants. Outre les matériaux de construction bio-sourcés, l’immeuble dispose d’une VMC double flux collective et de panneaux solaires photovoltaïques 

en toiture afin de couvrir les charges communes. De plus, il possède un système de récupération de la chaleur sur les eaux usées, de fours et plaques à induction basse consommation et un ascenseur à récupération d’énergie. De quoi réduire les factures de chauffage de façon drastique : selon le bailleur social, la charge mensuelle dédiée serait estimée à 10 ou 15 euros pour un T4, soit dix fois moins que dans un logement mal isolé datant des années 1970. Une aubaine pour les locataires et pour l’environnement : le bilan carbone de la construction serait même positif de 1.100 tonnes de CO2 grâce à la capture du gaz dans le bois et la paille. Selon le bailleur social, un bâtiment équivalent en béton et isolant polystyrène aurait présenté un bilan négatif de 600 tonnes.

 

Résistance au feu

Extérieurement, l’immeuble de huit étages est bardé de tuile, afin d’assurer la protection des façades contre les éléments de façon esthétique, peu coûteuse et facile d’entretien. Car la tenue dans le temps est également une préoccupation. Jean-Marc Gremmel, le directeur du Toit Vosgien expliquait à l’AFP : “Les avantages de la construction bois sont désormais bien connus : ça n’est pas plus cher, ça réagit mieux aux secousses sismiques, alors que nous sommes ici sur une faille, et ça permet un chantier plus propre“. Concernant la sécurité incendie, l’architecte Antoine Pagnoux expliquait dans le même temps : “Contrairement à ce qu’on pourrait croire, le bois comme la paille carbonisent, et le charbon devient un isolant. Du coup, les deux vont mieux résister au feu“. Devant ce premier bilan satisfaisant, d’autres immeubles du même type seraient déjà en préparation. Selon le Réseau Français de la Construction Paille, environ 3.000 maisons françaises feraient déjà appel à ce matériau, dont 700 immeubles. Le grand méchant loup s’essoufflera-t-il avant de les faire toute s’envoler ?