Tag: COP21 (page 1 of 2)

Qu’est-ce qu’on attend ?

Le film

Qui croirait que la championne internationale des villes en transition est une petite commune française ? C’est pourtant Rob Hopkins, fondateur du mouvement des villes en transition, qui le dit. « Qu’est-ce qu’on attend ? » raconte les multiples initiatives qui permettent à cette petite ville alsacienne de 2 200 habitants de réduire son empreinte écologique.

La municipalité d’Ungersheim a lancé en 2009 un programme de démocratie participative, baptisé « 21 actions pour le 21ème siècle » qui englobe tous les aspects de la vie quotidienne : l’alimentation, l’énergie, les transports, l’habitat, l’argent, le travail et l’école. « L’autonomie » est le maître mot du programme qui vise à relocaliser la production alimentaire, à promouvoir la sobriété énergétique et le développement des énergies renouvelables, et à soutenir l’économie locale grâce à une monnaie complémentaire (le Radis). Depuis 2005, la commune a économisé 120 000 euros en frais de fonctionnement et réduit ses émissions directes de gaz à effet de serre de 600 tonnes par an. Elle a créé une centaine d’emplois. Et elle n’a pas augmenté ses impôts locaux. Alors, qu’est-ce qu’on attend ?

Tourné sur quatre saisons, pendant une année cruciale – 2015 – qui a vu l’aboutissement de la quasi totalité du programme de transition, le film a d’abord pris la forme d’un reportage de 52 minutes, diffusé par France 3 Alsace le 7 mai dernier sous le titre « Sacré Village ! » Ce format ne suffisait cependant pas à rendre raison de la richesse du matériel filmé ni de la richesse humaine qu’il représentait : la démarche de transition globale, encouragée par la municipalité et désirée par des citoyens éclairés, génère une puissante dynamique, qui va s’amplifiant tout au long du film. Pour évoquer cette aventure citoyenne, il semblait plus adapté de substituer au commentaire journalistique la parole des personnages, racontant eux-mêmes leurs motivations, leurs hésitations, leurs enthousiasmes.

Ainsi a germé l’idée de porter sur grand écran l’histoire exemplaire d’Ungersheim. Une histoire portée par ses personnages, élus ou simples habitants… Jean-Sébastien, jeune intendant de la régie agricole municipale, qui a quitté son métier de vétérinaire pour plus d’éthique. Muriel, co-propriétaire du nouvel éco-hameau construit selon les principes de Bedzed. Christophe et Lili, qui ont converti l’exploitation familiale pour devenir paysans-boulangers. Sébastien, Hayat, Céline, salariés en insertion aux Jardins du Trèfle Rouge. Et bien sûr, Jean-Claude Mench et ses adjoints à la Mairie d’Ungersheim, grands artisans du programme municipal qui articule l’ensemble de ces actions. Ils méritaient un film, pour que les initiatives collectives et le bonheur d’agir se répercutent en échos, et que des communes aux quartiers, les spectateurs rassemblés se posent la question titre : « Qu’est-ce qu’on attend ? »

 Source

Page FB du film

 

L’exemple d’Ungersheim

EuropaCity : le projet nuisible

Le magazine du CPTG : l’essentiel d’EuropaCity

Distribué en avant première lors de la conférence-débat du 23 mai, le magazine du CPTG vous permet de comprendre tous les enjeux d’EuropaCIty en quelques pages : Emploi, formation, agriculture, énergie, transports, culture, démocratie.

L’essentiel d’EuropaCity est une publication du Collectif Pour le Triangle de Gonesse.

 

Télécharger le PDF

Directeur de la publication Bernard Loup, co-président du CPTG
Rédactrice en chef Marion Robert
Direction artistique – Photographies : Yann Guillotin
Ont participé à ce numéro Guido Barbisan, Alain Boulanger, Pascal Durand, Guillaume Faburel, Yann Fievet, Benjamin Giron, Florence Godinho, Claude Loup, Jacqueline Lorthiois, Blaise Martin, Jean-Yves Souben, Robert Spizzichino, Jacques Viveret, Jean-François Wolff
Parution mai 2016

SOURCE

8 days @ COP21

 

Nous sommes ravis de vous présenter notre nouveau film ‘8 jours @ COP21’.  Il saisit ces jours de décembre dernier pendant lesquels les négociations climatiques ont eu lieu à Paris, et les expériences de certains des Transitionneurs qui étaient présents.  Grâce à notre équipe de choc de traducteurs bénévoles du groupe de Transitionneurs parisiens, nous avons la possibilité de vous proposer le film avec les sous-titres à la fois en anglais et en français (pour cela, il vous suffit de cliquer sur “Settings”, puis “subtitles/CC” et ensuite vous pouvez choisir la langue que vous souhaitez). Nous espérons sincèrement que vous allez l’apprécier. 

8 jours @ COP21′ est le travail du réalisateur Emilio Mula, qui a consacré énormément de temps à faire ce beau film. Nous souhaitons utiliser ce film pour tester une nouvelle manière de permettre à des réalisateurs comme Emilio de continuer à faire de merveilleux films sur la Transition. Donc nous voudrions vous inviter à faire un don après l’avoir vu : donnez ce que vous pensez qu’il vaut pour vous.

Vous pouvez faire un don en cliquant ici, avec nos remerciements par avance de votre aide pour rendre ce film possible !

Source

Un pacte pour la Terre

Pour la première fois dans l’histoire de l’Homme, notre futur commun en tant qu’espèce n’est plus certain. En seulement 200 ans, à l’âge des combustibles fossiles, l’humanité a fait assez de dégâts sur la Terre pour assurer sa propre extinction. Notre unique option est de soigner la planète et par cela, créer de l’espoir pour notre futur- au nom de l’humanité et de la communauté terrestre.

Cover1
1. C’est dans un sol vivant que se trouve la prospérité et la sécurité de notre civilisation

Notre avenir est indissociable de l’avenir de la Terre.
Nous nous engageons à protéger nos sols et notre biodiversité. Nos sols vivants deviendront des réservoirs d’eau et des puits de carbone. L’agroécologie est basée sur la réutilisation de la matière organique, et donc le recyclage des nutriments. Nous allons redonner le carbone vivant, comme matière organique à la terre, sur la base de la reconnaissance, de la responsabilité, et de la nécessité de rendre. Nous allons ainsi aider à nous adapter et à renforcer notre résilience au changement climatique. Comme Sir Albert Howard a dit, “Prendre sans donner est un vol de la terre, une forme particulière de banditisme, qui prend en compte le pillage de générations futures qui ne sont pas encore là pour se défendre. ”

2. Nos graines et notre biodiversité, nos sols et notre eau, notre air, l’atmosphère et le climat sont notre patrimoine commun

Les dons de la terre indispensables à la vie sont toujours un patrimoine commun que nous devons tous protéger et duquel nous avons tous le droit de tirer notre subsistance. Nos graines et notre biodiversité sont des biens communs. Leur brevetage pousse à l’extinction de la diversité et les paysans dans un piège de la dette. Le sol est le fondement de notre vie et de notre nourriture. L’eau est notre patrimoine commun. Elle ne doit pas être une marchandise. Elle est nécessaire à notre vie. L’air et l’atmosphère sont encore des biens communs et nous permettent de respirer tout en donnant à la Terre la capacité de réguler le climat. La pollution de l’air et les effets et émissions de gaz à effet de serre sont une privatisation de tout ce patrimoine commun.

Nous n’acceptons pas la privatisation de nos biens communs. Nous les défendons et les revendiquons avec responsabilité et solidarité.

3. La non-appropriation des semences et de la biodiversité sont les garants de la souveraineté alimentaire et de la résilience climatique

Nous nous engageons à défendre la non-appropriation de nos semences au nom de la liberté des espèces à évoluer de manière intègre et autonome. Nous revendiquons le droit des communautés partout dans le monde à récolter et semer leurs propres semences, semences que nous revendiquons comme faisant partie de notre patrimoine commun. Le fait de conserver et d’échanger des semences non hybrides, non brevetées et n’ayant subi aucune modification génétique est un droit inaliénable des paysans. Les droits des paysans ne sont pas négociables. Nous nous dressons contre toute loi comme toute avancée technologique qui viendrait remettre en cause cette liberté intimement liée à celle de la Terre Mère. Nous résistons afin que les générations futures disposent des mêmes chances en termes de nourriture et de moyens de subsistance que celles offertes à nous aujourd’hui. Ensemble, nous nous unissons pour défendre nos semences et refuser les OGM et le brevetage du vivant.

4. Le modèle d’agriculture industrielle mondialisée est un contributeur majeur du changement climatique

L’agriculture mondialisée et industrielle contribue à plus de 40% à la production des gaz à effet de serre qui viennent chambouler le climat de par la déforestation, l’utilisation d’engrais à base d’énergies fossiles, la production d’emballages et les transformations, réfrigérations et transports opérés à longue distance. Sachant qu’elle est l’une des causes majeures du changement climatique, nous ne pouvons accepter l’agriculture industrielle comme une solution à la crise climatique et à la faim. Nous rejetons les fausses solutions au changement climatique telles que l’ingénierie géologique, l’agriculture « climato- intelligente», l’amélioration génétique des semences ou « l’intensification durable ».

5. L’agroécologie, l’agriculture familiale et les systèmes alimentaires locaux peuvent nourrir le monde et permettre de ralentir le réchauffement de la planète

Nous nous engageons à pratiquer et à protéger une agriculture de petite échelle et locale, observant les principes et méthodes de l’agroécologie. Ce type d’agriculture permet actuellement de produire 70% de notre nourriture et assure la production d’aliments nourrissants et sains. Elle permet en même temps de conserver et régénérer nos sols, notre biodiversité, nos ressources en eau ainsi que de réguler notre climat. Nous nous engageons à soutenir et créer des systèmes de production alimentaire en réponse aux crises sanitaires, alimentaires et environnementales qui touchent l’agriculture. L’agriculture biologique pratiquée à petite échelle et de manière locale autorise la mise en place de circuits courts et est capable de nourrir le monde tout en ralentissement le réchauffement de la planète.

6. Le «libre-échange» en tant que libre action des multinationales est une menace pour la planète et pour nos libertés

Le mot « Liberté » a été détourné par le «libre-échange» qui a substitué à la liberté des peuples et des diverses espèces d’évoluer librement et de se nourrir celle des multinationales à détruire la planète et les économies vivrières des communautés. La déstabilisation écologique et sociale du monde observée sur les deux dernières décennies est le résultat de la déréglementation du commerce ordonnée par les accords de «libre-échange» du World Trade Organisation (OMC), eux-mêmes conçus et écrits par des sociétés et pour le bénéfice de ces sociétés.

Nous nous engageons à résister aux tentatives visant à créer de nouveaux accords de libre-échange tels que TTIP, PPT et les accords commerciaux régionaux et bilatéraux. Ces accords sont en effet fondés sur les droits des entreprises en tant que personne morale et sont conçus dans le but explicite de démanteler les droits de l’homme, notre démocratie et nos constitutions. Nous ne reconnaissons pas en tant que personnes ces multinationales. Elles ne sont que des entités juridiques à qui la société donne la permission d’exister et ce dans les limites de leur responsabilité sociale, écologique et éthique. Ces sociétés sont donc à compter parmi les responsables des changements climatiques et doivent être soumis au principe de « pollueur-payeur ».

7. Les systèmes d’économies locales protègent la planète, créent des emplois, et nous permettent de subvenir à nos besoins et à notre bien être

Les économies locales basées sur la réciprocité et la régénération du monde naturel et de la société nourrissent la vie. Les cadeaux de la nature et ses populations ne peuvent pas être réduits à des « coûts économiques ». Ces économies qui mettent l’accent sur la vie et le bien-être des personnes et non pas sur le profit des entreprises, permettent de régénérer et de renouveler les ressources et de créer de l’emploi pour tous et pour les générations futures. Nous ne participerons pas au système de production et de consommation, notamment pour la nourriture et l’agriculture industrielle, qui détruisent les processus écologiques de la Terre, de ses sols et de la biodiversité. Ce modèle déplace et déracine des millions de personnes de leur terre. Dans les économies vivantes, il n’y a pas de déchets, et il n’y a pas de « travailleurs jetables ».

8. Les Démocraties vivantes et participatives sont le fondement de la Démocratie de la Terre

Nous nous engageons à créer des systèmes de démocraties vivants et participatifs et à résister à toutes les tentatives de détournement de nos démocraties par des intérêts puissants. Nous les développerons en nous appuyant sur les principes du partage, de l’inclusion, de la diversité, et de la protection de la planète et d’autrui. Nous nous engageons à sortir du cercle vicieux de la violence et de la dégénérescence, en développant des systèmes vertueux basés sur la non-violence pour le bien-être de tous les peuples et toutes les espèces. Nous ne serons pas divisés par la peur ou la haine, mais resterons unis en tant que membres d’une seule Planète et d’une seule Humanité. Avec courage, et en s’inspirant des préceptes de Gandhi, nous ne coopérerons pas avec une humanité où les règles et lois interfèrent avec les lois écologiques fondamentales de la nature.

9. Nous sommes membres de la Communauté de la Terre dans laquelle toutes les espèces, les peuples, les cultures ont une valeur intrinsèque et les droits à la subsistance

Créons une démocratie de la Terre sur cette terre vibrante et généreuse – Terra Vivante – qui reconnait la valeur intrinsèque de toutes les espèces et tous les peuples. La pluralité des personnes et des espèces ne doit pas seulement être tolérée mais être vue comme la condition au développement de notre existence. Toute la vie, y compris tous les êtres humains, ont naturellement droit de partager les richesses de la nature afin d’assurer sa subsistance – le sol, la nourriture, l’eau, l’espace écologique et la liberté d’évolution.

Nous faisons le pacte de vivre consciemment en tant que Citoyens de la Terre, reconnaissant que la Communauté inclut toutes les espèces et tous les peuples dans leur diversité riche et animée. Les droits de la Terre Mère et les droits humains ne sont pas séparés les uns des autres et sont un continuum indivisible. La violence infligée à la terre et l’injustice infligée à l’humanité font partie du même processus. La durabilité ne peut être séparée de la justice, des droits humains et de la paix.

10. Des Jardins de l’Espoir partout dans le monde

Pratiquons l’agriculture biologique dans nos fermes, nos jardins, nos balcons, nos terrasses. Plantons des jardins de l’espoir partout comme symbole de notre pacte avec la Terre pour sa protection. C’est grâce à ces petits actes, qui ont des répercussions importantes, menés par des millions de personnes conscientes de leur pouvoir et agissant de manière unifiée et harmonieuse, que nous sèmerons les graines du changement pour la création d’une nouvelle citoyenneté planétaire, une citoyenneté qui prend soin de la Planète et d’autrui en construisant des économies et des démocraties vivantes.

Nous commençons aujourd’hui, le 9 Novembre 2015, par une plantation d’un jardin de l’espoir au Jardin Marcotte à Paris (11ème) aux côtés du réseau des AMAP Ile de France et de Cultures en Herbes, comme une première étape concrète vers cette nouvelle citoyenneté planétaire.

Nous continuerons à planter des jardins de l’espoir partout, et de semer les graines du changement qui nous mènerons vers une nouvelle Démocratie de la Terre basée sur la justice, la dignité, la durabilité et la paix.

Lisez / Téléchargez le texte intégral

Signez le Pacte

 

Source

 

Événements COP21 !

LOGOVMA3

Village Mondial des Alternatives

Les samedi 5 et dimanche 6 décembre 2015 se déroulera le Village Mondial des Alternatives à Montreuil. Ce sera à la fois une grande fête populaire et un village des alternatives individuelles, collectives et territoriales au changement climatique et à la crise écologique et énergétique.

Organisé par plus de 500 bénévoles et avec la participation de porteurs d’alternatives de tout le territoire français et au-delà, ce Village temporaire rassemblera des dizaines de milliers de personnes au cœur de Montreuil, rendu piéton pour l’occasion (plusieurs rues et places de la Place Jean Jaurès face à la Mairie jusqu’au carrefour de la Croix de Chavaux).

Des alternatives couvrant tous les aspects de la vie quotidienne seront présentées dans chaque rue ou place. Les visiteurs pourront par exemple découvrir la rue de la relocalisation, la place de l’agriculture paysanne et durable, celle de l’alternative au tout voiture ou celle du recyclage et de la réparation. De rues en rues, on pourra ainsi voir quelles sont les réalisations et alternatives concrètes du monde entier permettant dès aujourd’hui de diminuer concrètement ses émissions de gaz à effet de serre : AMAP, jardins partagés, agriculture paysanne et durable, éco-construction, habitat partagé, relocalisation de l’économie, circuits courts, commerce équitable, éducation à l’environnement, économies d’énergie, énergies renouvelables, politiques alternatives d’urbanisme et d’aménagement du territoire, alternatives au tout voiture, déplacements doux, autopartage, banques éthiques, monnaies locales, systèmes d’épargne solidaire, recycleries, collecte zéro déchets, plans virages énergie climat, partage du travail et des richesses, démarches de reconversion écologique et sociale de la production, initiatives de transition, etc.

Le Bien Vivre

Toute la journée, dans différents locaux ou sous chapiteau auront lieu des ateliers pratiques, des jeux pédagogiques, des expositions, des espaces d’échange, montrant les différentes expérimentations et alternatives innovantes au niveau local et global. L’espace libéré sera également occupé par des espaces pour enfants et promenades pour les familles, tous types d’animations musicales, théâtre de rue, poésie, lectures publiques etc….

Chacun(e) est invité(e) à s’emparer de la rue ce jour-là et à montrer combien l’espace urbain libéré de la voiture et offert à l’imagination populaire peut tout de suite créer d’autres conditions de vie, de relations humaines, et de lien social. Cela permettra de montrer également que la société post-carbone que nous voulons construire sera heureuse et conviviale, festive et solidaire.

Le Village Mondial des Alternatives aura donc des allures à la fois de fête et de mobilisation populaire, de salon des alternatives concrètes, de village post-carbone et convivial, festif et instructif, à visiter en famille ou entre amis (l’entrée en sera gratuite).

plan-VMA-Montreuil

Source

Le somment citoyen pour le climat

Un Climat Forum qui sera l’occasion de participer à des centaines de débats, ateliers et conférences.  L’espace du “Climat Forum” nous permettra d’échanger et débattre autour des initiatives, analyses et solutions portées par les luttes du monde entier. Il sera également un espace de préparation des actions qui pourront avoir lieu pendant la 2ème semaine des négociations et notamment le 12 décembre. Ce moment fédérateur sera surtout ce que ses participant-e-s en feront. Le Climat Forum fera du week-end des 5 et 6 décembre un rassemblement populaire, largement ouvert au public ainsi qu’aux réseaux militants, un rendez-vous festif et combatif.
 Au sein du Climat Forum, seront accueillies les activités de débats, conférences, ateliers, préparation à l’action ainsi que des projections et représentations de théâtre.

Source

affiche-WEB-A3-72dpi

Mille arbres pour le climat

L’association Vergers Urbains lance l’opération 1000 arbres (fruitiers) pour le climat. Les arbres seront plantés dans 10 sites parisiens. Avec les moyens modestes qui sont les siens, l’association souhaite aller au delà d’une simple interpellation pour mettre en place des moyens d’action appropriables par tous.

Parce que les arbres ont, entre autre, une capacité de régulation climatique globale et locale qui n’est plus à démontrer, tant en contribuant à capter le CO2 qu’en luttant contre les îlots de chaleurs urbain, ou en produisant des ressources locales (aliments, énergie, biomasse, etc.).

Ces mille premiers arbres fruitiers, ne seront qu’une amorce pour permettre la création de plusieurs pépinières dans Paris Intramuros. Ces pépinières seront destinées à faire grandir et multiplier  les arbres fruitiers qui bientôt contribueront à réguler le climat parisien tout en rendant la ville comestible. Ces pépinières, gérées de manière collective et accompagnées techniquement par Vergers Urbains constitueront des lieux ressource qui permettront à chacun d’influer sur le climat tout en se réappropriant son cadre de vie et son alimentation.

Source

 

ZAC

Zone d’Action pour le Climat

Dans un quartier populaire au nord de Paris, se tiendra la Zone d’Action pour le Climat (ZAC) pendant la dernière semaine de la COP21.

Du 7 au 11 décembre, le CENTQUATRE-Paris accueillera la Zone d’action pour le climat (ZAC). Pendant cinq jours, ce lieu de création d’envergure internationale, à la programmation résolument populaire et contemporaine, deviendra un point central de la mobilisation citoyenne : le quartier général de la Coalition climat 21.

Au sein de la ZAC, se croiseront tous les publics : des militants venus des quatre coins du monde aux écoliers franciliens.

En matinée des groupes scolaires seront accueillis et pourront participer à des ateliers pédagogiques sur les enjeux liés aux dérèglements climatiques.

  •  La ZAC sera un lieu d’information où l’on pourra assister à des projections, participer à des débats et découvrir des expositions artistiques sur la thématique des dérèglements climatiques.
  •  La ZAC aura également fonction d’accélérer encore le rythme des mobilisations : manifestations de rue, actions symboliques, happenings artistiques y seront préparés.
  •  Toutes les fins d’après-midi une assemblée générale permettra de faire le point sur l’état des négociations de la COP21 et sur les actions du jour et du lendemain. Retrouvez le programme de ces Assemblées générales qui auront lieu de 17h à 19h dans la Nef

Sur ces cinq jours, 150 activités seront proposées au total.

 

Parmi les invités à la ZAC :

–       Le 8 décembre, de 17h à 18h : débat avec Nicolas Hulot

–       Le 10 décembre, de 19h à 20h : débat avec Naomi Klein autour du thème « Capitalism vs. The climate »

 

La ZAC sera ouverte tous les jours de 9h à 20h.

La ZAC s’étendra aussi sur d’autres lieux dans Paris, où des activités seront proposées : à la Bourse du travail place de la République, à la Bourse du travail de Saint Denis, au Centre international de culture populaire dans le 11ème arrondissement (CICP), à la salle Olympe de Gouge (11èmearrondissement) et à la salle Jean Dame (2ème arrondissement).

La Zone d’action pour le climat s’inscrit dans la démarche Zéro Déchet. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.zerowastefrance.org

 

VOUS SOUHAITEZ PARTICIPER A LA ZAC ?

Consulter le programme

Devenir bénévole

Avec un groupe scolaire

 

Source

 

Consultez l’Agenda Transition Ile-de-France pour découvrir d’autres événements.

La nature : une solution au réchauffement climatique en Île-de-France

 

Un clip de 5min30 montrant que des solutions fondées sur la nature existent, en ville en particulier, pour nous adapter aux effets du changement climatique (inondations, tempêtes, érosion des sols, glissements de terrain…).

Auteur(s) : réalisé par Natureparif en association avec l’IFORE et l’AESN dans le cadre de la COP21

Description

Le changement climatique n’est qu’une facette des changements globaux puisque nous connaissons dans le même temps une érosion spectaculaire de la biodiversité, les deux phénomènes étant liés. Impactée par le changement climatique, la biodiversité change en retour et peut l’accélérer. Elle est aussi un réservoir de solutions puisque les écosystèmes en bon état de conservation contribuent à l’atténuation (captage et stockage du dioxyde de carbone atmosphérique) et à l’adaptation aux effets du changement climatique (risques naturels comme les inondations, les tempêtes, les glissements de terrain ou l’érosion des sols). Les possibilités en matière de solutions faisant appel à la biodiversité sont innombrables et variées !

 

Source : Biodiville

Sortons de l’âge des fossiles !

Manifeste pour la transition

1ereCouv

Face à l’urgence climatique et sociale, les chefs d’Etat et de gouvernement osent ne rien entreprendre de déterminant. Nous avons le droit de nous défendre. Le droit de désobéir. Osons donc l’impossible pour « déverrouiller, déminer et déclencher » la transition !

En matière de lutte contre les dérèglements climatiques, certains conjuguent encore le verbe « oser » à la deuxième personne du pluriel – « Chefs d’État, osez ! » est le titre de l’appel publié par Nicolas Hulot. Ce qui revient à confier les clefs de notre avenir – et celui du climat – à des chefs d’Etat et de gouvernement récalcitrants, qui climatisent leurs discours bien plus vite que leurs politiques : 1) en 23 ans de négociations, les émissions de gaz à effet de serre ont augmenté de 60% ; 2) les contributions nationales des Etats sur la table de la COP21 conduisent à un réchauffement de +3°C – ce qui revient à décréter le chaos climatique à brève échéance ; 3) le projet de texte actuel de négociations institue le crime climatique comme mode de gouvernance et de régulation du climat (voir ici).

C’est clair : malgré l’alerte scientifique, les « chefs d’Etat osent » ne rien entreprendre de déterminant. Business as usual.

Pourquoi feraient-ils donc aujourd’hui volontairement ce qu’ils n’ont pas fait en vingt-cinq ans ? « La folie consiste à faire la même chose encore et encore et à attendre des résultats différents » disait Einstein. Elle frappe clairement des chefs d’Etat qui ne veulent rien changer, y compris François Hollande. Une forme de folie dont on peut se demander si elle ne touche pas également certains écologistes qui répètent les erreurs du passé : en 2009, pour Copenhague, déjà présentée comme la conférence de la « dernière chance », des ONG avaient lancé un appel, signé par près de 17 millions de personnes, pour appeler les chefs d’Etat à « sauver le climat ». On connait la suite. Pourquoi recommencer aujourd’hui ? Pourquoi laisser penser la population que les chefs d’Etat pourraient tout-à-coup endosser le rôle de « sauveurs du climat » alors qu’ils en sont des fossoyeurs au long cours ? Cela nous apparaît comme une faute stratégique majeure.

Pour ce qui nous concerne, nous préférons conjuguer le verbe « oser » à la première personne du pluriel : Osons ! (qui est initialement le titre du livre de Nicolas Hulot mais qui est devenu “Osez” dans l’appel aux chefs d’Etat)

Alors, oui, « Osons ! » et « sortons de l’âge des fossiles ». N’attendons pas des chefs d’Etat qui montrent chaque jour le peu de considération qu’ils ont de leurs propres engagements. Comme le montre le livre que nous publions, l’inaction des gouvernements n’est pas le fruit d’un manque d’information ou d’un manque de clairvoyance. Cette inaction est structurelle. Elle n’est pas accidentelle. Elle s’inscrit dans les règles qui organisent et encadrent l’économie mondiale. Elle s’inscrit dans l’immense pouvoir qu’ont accumulé les forces économiques et financières. Elle s’inscrit enfin dans une fuite en avant extractive qui nous conduit dans le mur du chaos climatique !

Osons et désobéissons !

C’est à nous de palier l’inaction des chefs d’Etat et de gouvernement. C’est à nous d’oser. Pas à eux. C’est à nous d’imposer nos solutions face à leur statu quo criminel. Face à l’urgence climatique et aux désordres sociaux, politiques et démocratiques qu’elle engendre, c’est notre droit le plus absolu de nous défendre. Nous sommes la nature qui se défend, disent certains. Ils ont raison. C’est notre droit le plus absolu de désobéir et de nous immiscer là où nous, simples citoyens, ne sommes pas attendus. « Si nous ne faisons pas l’impossible, nous devrons faire face à l’impensable ! » disait Murray Bookchin, penseur nord-américain de l’écologie et de la liberté. Osons ! Désobéissons !

C’est ce que nous proposons dans le livre que nous publions (présentation ci-dessous), construit autour de dix étapes dont nous pouvons être les acteurs principaux : à nous de « déverrouiller, déminer et déclencher » la transition ! Pour un futur vivable et désirable.

Alors oui, sortons de l’âge des fossile et, ensemble, sans attendre des chefs d’Etat garants de l’ordre établi, « osons » donc l’impossible !

Maxime Combes

Source

Extrait du livre

Sauvons le climat, pas les parkings !

Soutenons R-URBAN, une initiative professionnelle et citoyenne devenue référence internationale en matière de résilience urbaine, et convainquons la Mairie de Colombes et les autres autorités publiques de l’intérêt général de préserver ce projet dont le site principal sur la ville de Colombes risque d’être affecté bientôt à un parking temporaire.

R-URBAN a été initié par l’association Atelier d’Architecture Autogérée (AAA) avec l’objectif de créer des opportunités pour les citoyens de changer leur mode de vie et de développer des activités résilientes: préservation de ressources, recyclage, dépollution sur place des eaux usées, économie sociale et solidaire, éco-construction, agriculture urbaine, habitats partagés écologiques, transports doux, réduction d’émission de C02, etc.

A partir de 2009, AAA a développé différents partenariats pour initier et financer les premières unités de résilience urbaine à Colombes (92) dans le cadre d’un projet Life+ de la Commission Européenne pour la gouvernance environnementale.  Les partenariats du projet incluent la Mairie de Colombes (240.000€), Public Works et AAA qui a réussi à mobiliser des financements de plus de 1.240.000€ (Ministère de l’Écologie, Communauté Européenne, Conseil Régional Ile-de-France, Conseil Départemental 92, Fondation de France, etc.)

En 2013 nous avons finalisé les premières Unités R-URBAN à Colombes: Agrocité (Unité d’agriculture urbaine et de pédagogie environnementale) et Recyclab (Unité de recyclage, ESS et éco-construction). Actuellement, quelques centaines d’usagers développent des activités régulières (maraîchage, apiculture, école du compost, poulailler, AMAP, recyclage de déchets locaux, éco-design, réduction de déchets organiques, etc.).  Une dizaine de personnes ont pu être salariées de façon permanente ou temporaire sur ce projet. Le bilan écologique est impressionnant : réduction par 6 fois des émissions de CO2/an des usagers de l’Agrocité, 24t/an de déchets organiques recyclés, 50t/an réduction consommation d’eau, 3t/an production locale de légumes bio, etc. 

Par leur caractère novateur et pionnier, l’Agrocité et Recyclab attirent de nombreux visiteurs (professionnels, municipalités, étudiants, promoteurs, chercheurs, etc.) venant des communes voisines mais aussi d’autres villes de France, d’Europe et d’autres continents (Harvard GSD, MIT, UCL Londres, U Sheffield, U West Sydney, Municipalité de Séoul, Municipalité de Montréal, MoMA New York, etc). De même que Fribourg, BedZed, Hamarby, R-Urban Colombes est devenu actuellement une référence en matière de résilience urbaine, la démarche de AAA étant consacré par des nombreux prix internationaux : Zumtobel, Curry Stone, EIB Social Innovation, Prix Européen de l’Espace Public, etc).

Pour avancer vite et expérimenter l’implémentation de ce type d’activités pionnières, les deux unités ont été développées sur des terrains municipaux disponibles de manière temporaire. Les bâtiments des deux unités sont relocalisables à moyen terme dans le cas ou des projets municipaux de plus grande envergure apparaitraient sur ces sites.  Ces terrains ont été proposés par la Municipalité qui s’était engagée fermement dans le cadre du contrat Life+ d’assurer la dissémination et la durabilité du projet.

De façon inattendue,  après les élections de mars 2014 et le changement d’équipe municipale, la Mairie de Colombes, partenaire du projet Européen en cours, a demandé en juin 2014, sans motivation, le départ de l’Agrocité de Colombes. Actuellement, le départ a été reporté pour septembre 2015 avec la motivation d’installer un parking privé temporaire pour 2 ans. Cette décision est d’autant plus paradoxale que, après ces 2 ans proposés pour le parking, le terrain sera de nouveau inutilisé au moins jusqu’en 2018. AAA a répertorié plusieurs terrains disponibles aux alentours et propose l’installation du parking temporaire sur un terrain vide en permettant ainsi de continuer le développement de l’Agrocité avant une relocalisation possible si un projet durable le nécessite. Sans raison concrète, la Mairie demande également de déménager Recyclab avant 30 septembre 2015 !

Nous avons deux mois pour sauver R-URBAN et convaincre la Mairie et les autres autorités de l’intérêt général de préserver l’Agrocité et Recyclab et de préparer des nouveaux sites pour une relocalisation future convenable  sur la ville de Colombes, quand des nouveaux projets durables seront actés.

Au delà de R-URBAN Colombes, il s’agit de créer une plateforme pour les bonnes pratiques d’écologie urbaine, de retissage social, de création d’emploi et de renforcement de l’économie locale, de réduction des déchets et de la pollution, de lutte contre le changement climatique, de préservation de la biodiversité, de développement de la résilience citoyenne, etc.

En signant notre pétition, vous soutenez une autre manière de concevoir et pratiquer la ville. Ensemble nous espérons ainsi de réussir à faire entendre d’autres initiatives citoyennes et professionnelles au delà des intérêts de court terme qui affecte gravement le durabilité de nos milieux de vie.

 

Pour soutenir R_URBAN, en plus de signer cette pétition, vous pouvez aussi:

–  diffuser cette campagne

–  demander à vos amis de la soutenir par les médias

– écrire des lettres/emails de soutien (adressées au Maire du Colombes, et copie à AAA)

–  signer la Charte et joindre le réseau R-Urban

Suivez l’actualité R-URBAN sur :

#saveRURBAN  / @rurban_

facebook.com/rurbancolombes

r-urban.net

Pétitions :

Campagne Change.org

YES to R-Urban

agrocite.wesign.it/fr

Older posts