[BUSSO] Penser autrement la vie des hommes, de la cité et de la nature…

Voici la lettre que l’association le Pré en Transition a envoyée à Laurent Baron, maire du Pré Saint-Gervais à propos de la friche Busso.

Le Pré Saint-Gervais, le 26 novembre 2019

Monsieur le Maire

Tout, désormais, oblige notre génération à penser autrement la vie des hommes, de la cité et de la nature.

Les épisodes successifs de canicule et de pics de pollution cette année ont été éprouvants pour les Gervaisien·nes. Et ce n’est qu’un début. Selon les climatologues, ces épisodes sont amenés à se multiplier. Le GIEC projette des températures maximales qui pourraient atteindre l’été des pics de 55 degrés dans le quart nord-est de la France d’ici à 2050[1].

Les projets des promoteurs pour l’aménagement du terrain libéré par les usines Busso, aussi séduisants soient-ils – esthétiques, verdoyants, conviviaux et même sympathiques – ne répondent pas aux vœux des habitants qui ont signé la pétition Un poumon pour nos poumons pour une forêt urbaine intégrale[2] au Pré Saint-Gervais.
Ils savent que les forêts urbaines contribuent à l’amélioration de la qualité de vie et à la lutte contre le dérèglement climatique .

Ils ont raison, ils sont près de 3 000[4], il faut les entendre !

La forêt intégrale sur Busso pourra se réaliser, pourquoi pas, avec l’expertise des paysagistes de Coloco : implantation des bons arbres aux bons endroits en pleine terre, piétonisation et végétalisation de la rue Colette Audry, création d’une micro-ferme en permaculture, d’une maison associative conviviale et pédagogique en harmonie avec la forêt. Bien évidemment le cahier des charges pour la forêt intégrale restera à définir avec les habitants en concertations publiques.

Sa centralité désenclavera la rue Danton et reconnectera les quartiers entre eux. La qualité de la vie de tous les habitants, et non des quelques privilégiés des projets immobiliers, va vraiment changer, surtout pour ceux qui n’ont pas les moyens de partir en week-ends ou en vacances.

Ne rééditons pas les erreurs des années passées ! Il est encore temps, Monsieur le Maire, de suspendre le projet immobilier afin d’épargner à la municipalité des frais inutiles et coûteux. La poursuite d’un urbanisme d’hyper densification menace l’environnement et la qualité de vie des habitants.

Ne construisez pas sur le site Busso. Une telle fuite en avant va à l’encontre de tous les objectifs de lutte contre le réchauffement climatique, de la préservation de la biodiversité et de la santé des Gervaisien·nes. Les cancers liés à la pollution[5] , les problèmes respiratoires ne sont pas une vue de l’esprit et leurs traitements sont extrêmement coûteux pour la société.

Arrêtons aussi de compter sur la ville de Paris pour suppléer notre carence en espace verts. Avec ses 5,8 m2 par habitant, le retard de la capitale est considérable, très en dessous des 10 m2 définis par l’OMS[6] pour préserver la santé des habitants et, très, très en dessous de Londres 45 m2, de Bruxelles 59 m2 ou de Rome 321 m2.

Nous sommes… à 2 m2 au Pré Saint-Gervais. Le plus faible taux d’espace vert par habitant en Europe !

Cette hyper densification est contraire aux orientations votées dans le plan d’aménagement et de développement durable (PADD) et du Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT)[7]. Associée à la pollution aux particules fines du périphérique (365 jours par an) elle nous met en danger. Les problèmes de santé et de mortalité qui en découlent[8], font des Gervaisien·nes les victimes d’une injustice environnementale flagrante.

N’auront-ils pas droit eux aussi un jour à réparation[9-10] ?

Poursuivre dans cette voie serait dangereux pour la résilience de la ville, l’environnement, le cadre de vie et la santé des habitants.

Reste la question du financement de la forêt intégrale. Elle n’est pas insurmontable. Notre ville est l’une des moins endettée de France[11] et les taux d’emprunt n’ont jamais été aussi bas (0 % !). Les aides et subventions pour pallier les conséquences environnementales sont de plus en plus nombreuses et diversifiées (l’État, la Région, le mécénat d’entreprises, les fondations, l’Europe… ou la participation citoyenne[12]).

Certes, la forêt urbaine intégrale Busso ne pourra à elle seule combler le déficit d’espaces vert de notre ville, mais la réaliser sera un acte fort dont on pourra tous être fiers, au présent et au regard des générations qui nous suivent.

Nous, membres bénévoles de l’association Le Pré en Transition, sans intention partisane, avons donc décidé de poursuivre notre mobilisation pour une forêt intégrale, forts de l’enthousiasme du nombre toujours plus grand de nos concitoyens.

LA COLLÉGIALE

NOTES
[1] https://www.20minutes.fr/sante/2313295-20180726-canicule-comment-fera-fait-55-degres-2050
[2] Le terme de forêt ne peut s’utiliser qu’à partir de 5 000 m2. Busso est le seul espace au Pré qui permet, avec la rue Colette Audry et l’espace de l’ancien jardin Pouce vert, de dépasser cette surface. http://education.ign.fr/dossiers/foret-france-metropolitaine
[3] https://www.fne.asso.fr/dossiers/5-super-pouvoirs-arbres-bois-forêts-utiles-milieu-urbain-villes-importance
[4] Web + papier. 2 674 ont été remise le 5 octobre 2019 au commissaire enquêteur dans le PLU
[5] https://www.lemonde.fr/sciences/article/2019/11/12/cancers-du-sein-et-de-la-prostate-la-sante-environnementale-doit-passer-de-la-marginalite-a-une-position-centrale_6018893_1650684.html
[6] Organisation Mondiale de la Santé
[7] Plan d’aménagement de développement durable d’Est-Ensemble, l’axe 1 « Vers une ville renaturée et de qualité pour tous » et l’axe 3 “Concevoir la ville en intégrant les enjeux du dérèglement climatique dans son aménagement (notamment en développant la désimperméabilisation des sols et la végétalisation) doivent être respectés.
Plus précisément, le PADD se donne pour objectifs de réduire la carence en espaces verts du territoire :
– en augmentant le ratio d’espaces verts par habitant (10 m² par habitant d’espaces verts accessibles contre 6% actuellement alors qu’il est de 15 m² en moyenne à l’échelle régionale)
– en ne consommant aucun hectare d’espaces naturels, agricoles ou d’espaces verts.
Malheureusement, le PLUi d’Est-Ensemble n’est pas en accord avec ces axes et ne respecte pas ces objectifs. Il n’impose aucune mise en œuvre et ne porte aucun engagement. 
Rien n’est dit sur la volonté d’atteindre les 10m² par habitant d’espaces verts. 
En complément de ces observations plaidant pour une forêt urbaine à la place de nouvelles construction sur la friche BUSSO
– les données statistiques du projet de révision du PLU sont datés de 2013, elles ne prennent pas en compte les données concernant les épisodes de canicules et de pollution dont ont été victimes les habitants du Pré Saint-Gervais
– le stade est comptabilisé en partie comme espace vert alors qu’il y a une pelouse synthétique.
– Le Schéma de cohérence territoriale (SCoT) du Ministère de la cohésion du territoire n’est pas intégré et respecté, c’est un schéma de planification stratégique à long terme (environ 20 ans), à l’échelle intercommunale, créé par la loi solidarité et renouvellement urbains (SRU) en décembre 2000.
«Le SCoT est chargé d’intégrer les documents de planification supérieurs (SDAGE, SAGE, SRCE, SRADDET) et devient ainsi le document pivot : on parle de SCoT intégrateur, ce qui permet aux PLU/PLUi et cartes communales de ne se référer juridiquement qu’à lui » .
– https://www.cohesion-territoires.gouv.fr/le-scot-un-projet-strategique-partage-pour-le-developpement-de-lamenagement-dun-territoire 
[8] https://www.bfmtv.com/planete/grand-paris-la-pollution-cause-6500-deces-par-an-supplementaires-selon-anne-hidalgo-1041140.html
[9] http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/seine-saint-denis-la-justice-reconnait-une-faute-de-l-etat-dans-la-lutte-contre-la-pollution-de-l-air-25-06-2019-8102196.php
[10] https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/07/04/l-etat-francais-de-nouveau-condamne-par-la-justice-pour-la-pollution-de-l-air_5485365_3244.html
[11] http://www.journaldunet.com/business/budget-ville/le-pre-saint-gervais/ville-93061
[12] Exemple : 65 € par an pendant 25 ans par contribuable Gervaisien (9 900)

2 Comments

  1. Avatar
    Choffrut le calonnec

    28 novembre 2019 at 12:52

    La pétition que j’ai signé en début d’année mentionnait une «  cité forêt » et non une forêt intégrale, je n’ai donc pas signé ce projet…
    Pour moi le contract est rempli
    Merci de vous recentrer sur l’intégralité du territoire gervaisien, Busso semble accaparé toute votre énergie !!

    • Avatar
      Sophie Leclercq

      30 novembre 2019 at 15:28

      Bonjour,
      Le texte de la pétition « Un poumon pour nos poumons » mentionne, depuis l’origine :
      – « Une forêt urbaine de 4 800 m2 sur l’espace bientôt libéré par les usines Busso, est la dernière chance d’infléchir radicalement le destin de notre ville pour la santé de ses habitants et la reconstitution de sa biodiversité. »
      – « Par cette pétition, Nous, Gervaisiennes et Gervaisiens,
      Demandons à nos représentants d’accorder leur confiance à des citoyens lucides et responsables en donnant à leur commune les moyens de réaliser cette forêt urbaine sur les 4 800 m2 de la friche Busso. »

      Il s’agit donc bien d’une forêt sur la totalité de la parcelle.
      Cordialement.

Laisser un commentaire