Étiquette : Rob Hopkins (page 1 of 2)

5e anniversaire du Pré en Transition

[mise à jour 16 septembre 2019]

Urgence de ralentir
face à la crise climatique

le samedi 21 septembre 2019 dès 14h30
Préau de l’école Brossolette (rue Brossolette)
au Pré Saint-Gervais


Urgence de ralentir face à la crise climatique

Au programme

DÈS 14H30
ANIMATIONS, EXPOS,PROJECTIONS, ATELIERS,RENCONTRES avec la participations de : RÉSEAU TRANSITION ÎLE-DE-FRANCE, LA PÊCHE MONNAIE LOCALE,LA VALSE DES VÊTEMENTS, MYSTÈRE BOUFFE, ÉLECTRONS SOLAIRES 93, EXTINCTION REBELLION, VERGERS URBAINS, RAPTZ… (voir plus bas)

16H30
TIRAGE TOMBOLA

17H30
CONFÉRENCE-DÉBAT(réservation conseillée)
L’IMAGINAIRE AU SECOURS DE LA PLANÈTE
Conférence-débat animée par Antoine LAGNEAU
Chargé de projets Agriculture UrbaineAgence régionale de la biodiversité en Île-de-France.
Avec la participation de :
Serge LATOUCHE, économiste et théoriciende la décroissance
Rob HOPKINS, professeur de permaculture et initiateur du mouvement des villes en transition

20H30
DÎNER À PRIX LIBRELOCAL et ZÉRO DÉCHET

21H30
TOUT LE MONDE DANSE !


Réservations conférence-débat
L’imaginaire au secours de la planète


Les ateliers…


ATELIER 1
“Eco-lieux, pourquoi ? Comment ? retour d’expérience”
par Magali de l’association Le Point de Bascule

Dans une démarche interactive, après avoir donné des éléments clés qui définissent la notion de Point de Bascule l’atelier nous permettra de partager un retour d’expérience sur la création d’un Eco-lieu
« Le collectif Point de Bascule a pour objectif d’anticiper les changement de notre civilisation et propose réflexion et action autour de l’autonomie énergétique et alimentaire, l’expérimentation de modes de vie alternatifs s’inscrivant dans la reconnexion du vivant »
Le Point de Bascule ? Face au dérèglement climatique les changements d’attitude tardent à venir car certains seuils critiques globaux ne sont pas encore atteints. Cette impasse semble insurmontable, mais la notion de Point de bascule développé par Malcolm Gladwell recèle des implications très enthousiasmantes.

“Les épidémies sociales fonctionnent exactement comme les épidémies de maladies. Elles sont déclenchées par les actions d’une poignée de gens qui se distinguent nettement de la masse par leur sociabilité, leur énergie, leurs connaissances ou leur influence.” Malcolm Gladwell


ATELIER 2
“Pourquoi et comment la forêt Urbaine peut nous réparer et réconcilier l’homme et la nature en ville ?”
Animé par l’association Vergers Urbains (Sébastien) et Mélanie Drevet (architecte paysagiste co-réalisatrice de la Ferme du Rail à Paris 19)

Les animateurs sont des professionnels engagés dans la réhabilitation citoyenne de la nature en ville. Dans une démarche proactive ils nous conduiront dans cet atelier à réfléchir, imaginer, agir pour que nous réalisions, là où l’on est, nos projets de forêts urbaines, de corridors brun, de rues végétalisées… en nous donnant des bases pratiques, pour les réaliser.
Vergers Urbains : La « ville comestible » est un concept développé par l’association Vergers Urbains depuis plus de cinq ans, à travers diverses interventions dans les espaces communs de la ville, sur l’espace public ou les espaces collectifs. L’activité de l’association a débuté au sein du quartier de la Chapelle à Paris, pour s’étende au-delà du 18ème arrondissement. Vergers Urbains compte aujourd’hui plus de soixante-dix projets à son actif : chacun questionne la place de l’agriculture et de la nature dans ces espaces communs urbains, ainsi que la place des citoyens dans la mise en valeur de leur quartier, à travers des actions participatives relevant d’un fort enjeu social.
La Ferme du Rail est lauréate de l’Appel à Projets Urbains Innovants « Réinventer Paris », par la Mairie de Paris, sur la parcelle située au 2 bis rue de l’Ourcq, dans le 19ème arrondissement. Née du désir d’habitants et d’associations du quartier de voir grandir un lieu qui allie agriculture urbaine et solidarité, La Ferme du Rail vise l’insertion de personnes précarisées à qui elle fournit, une formation à des emplois adaptés, répondant aux besoins de la ville. La Ferme du rail c’est la construction d’un espace agri-urbain intégré, comprenant :
• des logements : un Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale de 15 logements et une résidence sociale étudiants de 5 logements
• une exploitation agricole : des ateliers et une serre de production, une champignonnière et des espaces extérieurs cultivés, en permaculture, en aquaponie, en sac de culture et en agroforesterie
• un restaurant : ouvert au quartier, une cuisine abordable qui s’exprime en quelques mots : « Bien manger, mieux vivre. De bons produits, des fournisseurs locaux et de l’amour ».


ATELIER 3
C.A.R.M.A où comment s’opposer de façon utile à un grand projet inutile et dévastateur : Europacity ?
L’atelier sera animé par Cyril, Sylvie, Alice, Clara
Le groupement de Coopération pour une Ambition Rurale et Métropolitaine Agricole (C.A.R.M.A) se réclamant de l’Économie Sociale et Solidaire. Les membres du Groupement CARMA ont déposé au mois de février leur projet phare pour le Triangle de Gonesse en cohérence avec la charte agricole de la Plaine de Frances dans le but de promouvoir une agriculture biologique de proximité au service de la population, ouvrant des possibilités locales d’emplois et débouchant sur des modes innovants et sobres de production et d’échange. Le projet CARMA est né sur le Triangle de Gonesse pour défendre ces terres agricoles et y déployer un projet de transition écologique répondant aux véritables enjeux actuels. Sur ce territoire fragile au potentiel agronomique et écologique exceptionnel, c’est le seul projet d’intérêt collectif pour la population francilienne et surtout pour les populations locales qui voient leur environnement anéanti peu à peu…
Plus d’infos
Contenu de l’atelier
Mini débat
Présentation de Carto’Carottes, la carte des projets nourriciers en Ile-de-France : jardins partagés, AMAPs, maraîchage, apiculture et élevage.
La carte met aussi en avant les terres agricoles menacées (60 000 hectares disparaissent en France chaque année). En lien avec CARMA, groupement de Coopération pour une Ambition Rurale et Métropolitaine Agricole se réclamant de l’Économie Sociale et Solidaire, qui propose un projet d’avenir pour les terres fertiles du Triangle de Gonesse et de la Plaine de France.
Les questions de l’autonomie alimentaire, de l’avenir des terres agricoles en Ile de France, d’un modèle reposant sur une agriculture biologique de proximité au service de la population, ouvrant des possibilités locales d’emplois et débouchant sur des modes innovants et sobres de production et d’échange, seront débattues.


ATELIER 4
Qu’est-ce-que le mouvement des Villes et Territoires en Transition ? Comment démarrer une initiative dans sa ville, sa rue, son quartier ? Comment lancer de nouvelles activités ?
par Annelyse, David, Jean-Paul, David membres actifs dans le réseau des Villes et Territoires en Transition.
Ils ont dans leur ville, leur quartier crée des initiatives (café coopérative alimentaire, vélo-ciné, ReparCafé, jardins partagés, échanges de pratiques, R’Economie…
Ils vous donneront les ressources pour découvrir faire découvrir, connaitre, impulser, une rue, un quartier, une ville, un territoire pour une transition vers un plan de résilience locale
Et vous feront part de leurs expériences locales pour lancer de nouvelles activités : RepairCafé, un atelier vélo, une AMAP, un atelier Cosmétiques naturels, un atelier méditation, un Café de la Transition, …
Pour le mouvement des villes en Transition initié par Rob Hopkins voir le film sur youtube Transition et le site http://www.entransition.fr


ATELIER 5
A quoi sert une monnaie locale, comment la mettre en œuvre et la faire circuler ?
Marc Abel présentera la monnaie créée à Montreuil la Pêche, qui s’échange dans de nombreuses villes de l’est parisiens (au Pré Saint Gervais aussi !) et depuis l’an passé à Paris. Il nous expliquera les enjeux écologiques, sociaux et de citoyenneté des monnaies complémentaires. Avec des documents à l’appui les échanges lors de l’atelier nous amèneront à construire une réflexion collective sur notre capacité à produire et diffuser ces monnaies pour atteindre… le Point de Bascule !
La monnaie locale est une solution locale pour répondre au désordre global : crise économique, crise écologique, crise politique. Elle est un outil de transformation sociétale, qui permet : d’encourager l’économie réelle et locale, de réduire notre empreinte écologique, de combattre la spéculation et les paradis fiscaux.
Plus d’infos


et avec la participation de…


LE CINÉ AU SECOURS DE LA PLANÈTE
Une heure de courts-métrages autour de la thématique « l’imaginaire au secours de la planète » ou comment la fiction tente de s’emparer des questions environnementales et sociales. Qu’ils soient drôle, graves, poétiques, engagés, ou tout ça à la fois, ces 12 films courts ne vous laisseront pas indifférents !
2 séances – 15h puis 16h15, chacune suivie d’une rencontre avec les réalisateurs.
« En partenariat avec Imago »

LA VALSE DES VÊTEMENTS
C’est une action citoyenne qui prône la décroissance. En expliquant que la surproduction est à l’origine d’exploitation humaine (condition de travail des salariés, mise en danger des populations), de la pollution et l’épuisement des ressources des terriens. Elle informe des risques pris en achetant des vêtements de première main qui contiennent des produits toxiques. Les propos sont documentés.
Les vêtements mis à disposition lors de manifestations étaient au début des rebuts de marché destinés à être incinérés, alors qu’ils sont en bon état. Ils viennent encore des marchés mais aussi de fin de brocante ou de dons de particuliers.
Le projet est en solidarité avec le vivant,
Plus d’infos

RÉSISTANCE CLIMATIQUE
Résistance Climatique, c’est un mode d’emploi de cohérence personnelle et collective pour créer un monde post pétrole. Nous sommes convaincus que le changement climatique et l’effondrement de la biodiversité ne sont pas des fatalités. Nous les avons créés. Nous pouvons y mettre fin. En modifiant radicalement nos modes de vie et de fonctionnement dans les 5 prochaines années au plus tard, nous pouvons inverser la tendance. Nous pouvons construire des sociétés prospères et heureuses en consommant dix fois moins d’énergie et ainsi « sauver » le climat, la biodiversité, restaurer la justice et la paix.
Plus d’infos


Accès

Mon emplacement
Itinéraires

#2 – le fil de la Transition

Retrouvons-nous au forum des associations

Samedi 7 septembre 2019 de 10h à 16h30
Préau de l’école Brossolette

Vous pourrez faire connaissance avec les membres de l’association, signer la pétition pour une forêt urbaine sur le site de Busso, participer à la tombola pour la fête du 21 septembre, ou bien trouver un domaine pour lequel vous engager…


Urgence de ralentir face à la crise climatique

Une fête pour les 5 ans de l’association le Pré en Transition
Samedi 21 septembre 2019 dès 14h30

Des animations, expos, ateliers, rencontres… une tombola, une conférence-débat animée par Antoine Lagneau avec Serge Latouche et Rob Hopkins, un dîner à prix-libre et de la musique…


le Paris Sans Voiture 2019 
départ à vélo du Pré !

À l’invitation de l’association le Pré en Transition, le Paris Sans Voiture 2019 commencera son périple du Pré Saint-Gervais.
Rendez-vous le dimanche 22 septembre à 11 h devant la Mairie du Pré Saint-Gervais.
Vélos, patinettes, et tout engin roulant sans moteur-pollueur produit de votre imagination seront les bienvenus.


Jean-Marie Albaret était arboriculteur dans la vallée du Tarn. Gravement malade, il a dû vendre ses terres. Il nous alerte.

« Arboriculteur à la retraite, je suis aujourd’hui atteint de maladie neurodégénérative. Persuadé que celle-ci est liée à l’utilisation de produits phytosanitaires utilisés durant ma carrière, entre autre le diméthoate pour ne citer que lui et qui me condamne au fauteuil
roulant.
Produit vendu, conseillé par nos techniciens et approuvé par le gouvernement.
Son usage est passé d’une semaine avant récolte à 15 jours avant récolte puis à un mois avant d’être définitivement interdit pour son usage neurotoxique enfin reconnu.
Double peine pour les agriculteurs qui subissent la maladie et le regard désapprobateur de la population.
Ne faudrait-il pas à ce jour trouver des alternatives bio pour sauver de la dangerosité, les récoltes, les agriculteurs et les consommateurs.
Je voudrais mettre en garde mes collègues paysans utilisateurs de produit phytosanitaires sur la dangerosité possible pour eux, leur proche et la population dans un périmètre de 8 kilomètres à la ronde.
Avoir perdu la santé pour gagner sa vie en faisant confiance aux techniciens, aux lobbies et aux gouvernements est pour moi insupportable.
Amis paysans ne vous laissez pas prendre au piège d’une pseudo-information qui n’est faite que pour le profit et qui TUE.
Restez vigilants pour vous, vos proches et la survie de la Terre »

jean-marie albaret

L’Amazonie brûle mais pas que… Déforestation en marche !

« On ne sapera le capitalisme qu’en lui opposant une merveilleuse alternative »

Interview de Rob Hopkins paru sur le site Usbek & Rica.

(…)

L’imaginaire du capitalisme est aujourd’hui très puissant. Avec la promesse fortement ancrée d’une consommation exponentielle de biens et services pour les consommateurs. Comment stimuler une nouvelle forme d’imagination ?
Les gens sont fatigués, effrayés, las et en manque d’inspiration. Mon analyse est que nous vivons une crise de l’imagination. Notre système éducatif ne produit pas des gens qui soient imaginatifs. Il l’a peut-être fait mais plus maintenant. L’économie mondiale est en guerre contre l’imagination, elle crée de la solitude, de l’anxiété et du stress chez les gens, qui ne pensent plus qu’en tant que consommateurs. Nous passons de moins en moins de temps dans la nature. L’impact des smartphones et des réseaux sociaux est aussi très fort sur l’imagination.

(…)


L’utopie est la vérité de demain.

Victor hugo

le Paris Sans Voiture 2019
départ à vélo du Pré !

À l’invitation de l’association le Pré en Transition, le Paris Sans Voiture 2019 commencerason périple du Pré Saint-Gervais.
Rendez-vous le dimanche 22 septembre à 11 h devant la Mairie du Pré Saint-Gervais.
Vélos, patinettes, et tout engin roulant sans moteur-pollueur produit de votre imaginationseront les bienvenus.

Parcours Paris sans voiture 2019

Départ à 11h de la Mairie du Pré-Saint-Gervais
en compagnie de Rob Hopkins !

Nous allons parcourir Paris en vélos customisés en vélovoitures, en tandems, vélo cargos et plein d’autres bolides 100% écolo et sans moteur ! Arrivée prévue à Quartier Libre vers 13h pour un grand pique-nique zéro-déchet !

Un plan de résilience locale pour le Pré

Dans un contexte de réchauffement climatique (+5°C d’ici la fin du siècle), de chute de la biodiversité (6e grande extinction) et d’une forte dépendance aux énergies fossiles, et dans la perspective d’un effondrement généralisé de nos sociétés, les villes sont particulièrement vulnérables. Certaines grandes villes travaillent déjà à un plan de résilience pour anticiper, s’adapter et faire face aux chocs à venir. Aussi, proposons-nous la création d’un Plan de résilience locale pour la ville du Pré Saint-Gervais.

Pour initier cette démarche, nous avons travailler autour de 5 grandes thématiques :

  • COMPRENDRE : un cour public autour des conséquences du réchauffement climatique
  • CONNECTER (nature>ville) : la végétalisation en pleine-terre de trottoirs (favoriser la biodiversité, créer des îlots de fraicheur et favoriser le ruissellement des eaux de pluie)
  • NOURRIR : une implication de la ville dans le projet CARMA pour l’exploitation et le maintien des terres fertiles sur le triangle de Gonesse
  • RALENTIR : un plan-vélo sur la ville pour favoriser le recours à ce moyen de transport
  • RESPIRER : un jardin-forêt sur la parcelle Busso pour créer un poumon (lutte contre la pollution, îlot de fraicheur, biodiversité, gestion eaux de ruissellement…)

  • La ville du Pré face au dérèglement climatique & à la chute de la biodiversité

Document de travail produit par les membres de l’association à l’occasion d’une rencontre avec Gérard Cosme, le Maire du Pré Saint Gervais.

Télécharger le PDF

Sources :

Réchauffement climatique : +5°C si on ne fait rien

La sixième extinction de masse des animaux s’accélère

Manuel de transition: chapitre 1, pic pétrolier et changement climatique (partie 1/2)

Théories sur les risques d’effondrement de la civilisation industrielle

Carma Gonesse

Gonesse : « L’idée du projet Carma, c’est vraiment la terre et l’agriculture »

CARMA : un autre destin pour le Triangle de Gonesse

Le paysage au service de la biodiversité dans la ville durable
Pour une écologie urbaine soutenable

La biodiversité en ville dense

La ville-nature

Aménager la nature en ville

Comprendre la résilience au Pré…

INVITATION

  Vendredi 18 mai à 19h30
salle Danton
autour d’un apéritif dînatoire

 le Pré en Transition
organise une projection de

TRANSITION 2.0
(50 minutes) 

sur  le sens du mouvement international 
des Villes et Territoires en Transition et les actions
pour faire face au dérèglement climatique

 

Ce documentaire nous montre comment combiner les sages enseignements de la permaculture, redécouvrir les capacités de chacun, réhabiliter la débrouillardise et les savoirs anciens, retrouver le sens du commun et la joie du vivre-ensemble… bref, comment tisser ensemble ici, maintenant et avec enthousiasme les conditions de résilience pour notre avenir et celui de nos enfants.

Jardins partagés, AMAP, monnaie locale, repair café, fêtes de rue… ces initiatives, lancées au Pré, participent déjà, chacune à sa façon, à cet intérêt commun. Nous avons très envie de partager ce moment de convivialité et d’imaginer grâce à ce film comment continuer avec vous ces belles actions concrètes et réjouissantes.

La Collégiale

 

Questions de transition…

Rob Hopkins on air !

via France Culture

 

Qu’est-ce qu’on attend ?

Le film

Qui croirait que la championne internationale des villes en transition est une petite commune française ? C’est pourtant Rob Hopkins, fondateur du mouvement des villes en transition, qui le dit. « Qu’est-ce qu’on attend ? » raconte les multiples initiatives qui permettent à cette petite ville alsacienne de 2 200 habitants de réduire son empreinte écologique.

La municipalité d’Ungersheim a lancé en 2009 un programme de démocratie participative, baptisé « 21 actions pour le 21ème siècle » qui englobe tous les aspects de la vie quotidienne : l’alimentation, l’énergie, les transports, l’habitat, l’argent, le travail et l’école. « L’autonomie » est le maître mot du programme qui vise à relocaliser la production alimentaire, à promouvoir la sobriété énergétique et le développement des énergies renouvelables, et à soutenir l’économie locale grâce à une monnaie complémentaire (le Radis). Depuis 2005, la commune a économisé 120 000 euros en frais de fonctionnement et réduit ses émissions directes de gaz à effet de serre de 600 tonnes par an. Elle a créé une centaine d’emplois. Et elle n’a pas augmenté ses impôts locaux. Alors, qu’est-ce qu’on attend ?

Tourné sur quatre saisons, pendant une année cruciale – 2015 – qui a vu l’aboutissement de la quasi totalité du programme de transition, le film a d’abord pris la forme d’un reportage de 52 minutes, diffusé par France 3 Alsace le 7 mai dernier sous le titre « Sacré Village ! » Ce format ne suffisait cependant pas à rendre raison de la richesse du matériel filmé ni de la richesse humaine qu’il représentait : la démarche de transition globale, encouragée par la municipalité et désirée par des citoyens éclairés, génère une puissante dynamique, qui va s’amplifiant tout au long du film. Pour évoquer cette aventure citoyenne, il semblait plus adapté de substituer au commentaire journalistique la parole des personnages, racontant eux-mêmes leurs motivations, leurs hésitations, leurs enthousiasmes.

Ainsi a germé l’idée de porter sur grand écran l’histoire exemplaire d’Ungersheim. Une histoire portée par ses personnages, élus ou simples habitants… Jean-Sébastien, jeune intendant de la régie agricole municipale, qui a quitté son métier de vétérinaire pour plus d’éthique. Muriel, co-propriétaire du nouvel éco-hameau construit selon les principes de Bedzed. Christophe et Lili, qui ont converti l’exploitation familiale pour devenir paysans-boulangers. Sébastien, Hayat, Céline, salariés en insertion aux Jardins du Trèfle Rouge. Et bien sûr, Jean-Claude Mench et ses adjoints à la Mairie d’Ungersheim, grands artisans du programme municipal qui articule l’ensemble de ces actions. Ils méritaient un film, pour que les initiatives collectives et le bonheur d’agir se répercutent en échos, et que des communes aux quartiers, les spectateurs rassemblés se posent la question titre : « Qu’est-ce qu’on attend ? »

 Source

Page FB du film

 

L’exemple d’Ungersheim

8 days @ COP21

 

Nous sommes ravis de vous présenter notre nouveau film ‘8 jours @ COP21’.  Il saisit ces jours de décembre dernier pendant lesquels les négociations climatiques ont eu lieu à Paris, et les expériences de certains des Transitionneurs qui étaient présents.  Grâce à notre équipe de choc de traducteurs bénévoles du groupe de Transitionneurs parisiens, nous avons la possibilité de vous proposer le film avec les sous-titres à la fois en anglais et en français (pour cela, il vous suffit de cliquer sur “Settings”, puis “subtitles/CC” et ensuite vous pouvez choisir la langue que vous souhaitez). Nous espérons sincèrement que vous allez l’apprécier. 

8 jours @ COP21′ est le travail du réalisateur Emilio Mula, qui a consacré énormément de temps à faire ce beau film. Nous souhaitons utiliser ce film pour tester une nouvelle manière de permettre à des réalisateurs comme Emilio de continuer à faire de merveilleux films sur la Transition. Donc nous voudrions vous inviter à faire un don après l’avoir vu : donnez ce que vous pensez qu’il vaut pour vous.

Vous pouvez faire un don en cliquant ici, avec nos remerciements par avance de votre aide pour rendre ce film possible !

Source

« Older posts