Étiquette : pollution (page 1 of 4)

Manifestation au Pré pour une forêt intégrale sur le site de la friche Busso

Samedi 7 décembre, vous êtes venus nombreux montrer votre attachement à une forêt intégrale sur la site de la friche Busso.

Photos Raphaël Daniel

[BUSSO] Penser autrement la vie des hommes, de la cité et de la nature…

Voici la lettre que l’association le Pré en Transition a envoyée à Laurent Baron, maire du Pré Saint-Gervais à propos de la friche Busso.

Le Pré Saint-Gervais, le 26 novembre 2019

Monsieur le Maire

Tout, désormais, oblige notre génération à penser autrement la vie des hommes, de la cité et de la nature.

Les épisodes successifs de canicule et de pics de pollution cette année ont été éprouvants pour les Gervaisien·nes. Et ce n’est qu’un début. Selon les climatologues, ces épisodes sont amenés à se multiplier. Le GIEC projette des températures maximales qui pourraient atteindre l’été des pics de 55 degrés dans le quart nord-est de la France d’ici à 2050[1].

Les projets des promoteurs pour l’aménagement du terrain libéré par les usines Busso, aussi séduisants soient-ils – esthétiques, verdoyants, conviviaux et même sympathiques – ne répondent pas aux vœux des habitants qui ont signé la pétition Un poumon pour nos poumons pour une forêt urbaine intégrale[2] au Pré Saint-Gervais.
Ils savent que les forêts urbaines contribuent à l’amélioration de la qualité de vie et à la lutte contre le dérèglement climatique .

Ils ont raison, ils sont près de 3 000[4], il faut les entendre !

La forêt intégrale sur Busso pourra se réaliser, pourquoi pas, avec l’expertise des paysagistes de Coloco : implantation des bons arbres aux bons endroits en pleine terre, piétonisation et végétalisation de la rue Colette Audry, création d’une micro-ferme en permaculture, d’une maison associative conviviale et pédagogique en harmonie avec la forêt. Bien évidemment le cahier des charges pour la forêt intégrale restera à définir avec les habitants en concertations publiques.

Sa centralité désenclavera la rue Danton et reconnectera les quartiers entre eux. La qualité de la vie de tous les habitants, et non des quelques privilégiés des projets immobiliers, va vraiment changer, surtout pour ceux qui n’ont pas les moyens de partir en week-ends ou en vacances.

Ne rééditons pas les erreurs des années passées ! Il est encore temps, Monsieur le Maire, de suspendre le projet immobilier afin d’épargner à la municipalité des frais inutiles et coûteux. La poursuite d’un urbanisme d’hyper densification menace l’environnement et la qualité de vie des habitants.

Ne construisez pas sur le site Busso. Une telle fuite en avant va à l’encontre de tous les objectifs de lutte contre le réchauffement climatique, de la préservation de la biodiversité et de la santé des Gervaisien·nes. Les cancers liés à la pollution[5] , les problèmes respiratoires ne sont pas une vue de l’esprit et leurs traitements sont extrêmement coûteux pour la société.

Arrêtons aussi de compter sur la ville de Paris pour suppléer notre carence en espace verts. Avec ses 5,8 m2 par habitant, le retard de la capitale est considérable, très en dessous des 10 m2 définis par l’OMS[6] pour préserver la santé des habitants et, très, très en dessous de Londres 45 m2, de Bruxelles 59 m2 ou de Rome 321 m2.

Nous sommes… à 2 m2 au Pré Saint-Gervais. Le plus faible taux d’espace vert par habitant en Europe !

Cette hyper densification est contraire aux orientations votées dans le plan d’aménagement et de développement durable (PADD) et du Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT)[7]. Associée à la pollution aux particules fines du périphérique (365 jours par an) elle nous met en danger. Les problèmes de santé et de mortalité qui en découlent[8], font des Gervaisien·nes les victimes d’une injustice environnementale flagrante.

N’auront-ils pas droit eux aussi un jour à réparation[9-10] ?

Poursuivre dans cette voie serait dangereux pour la résilience de la ville, l’environnement, le cadre de vie et la santé des habitants.

Reste la question du financement de la forêt intégrale. Elle n’est pas insurmontable. Notre ville est l’une des moins endettée de France[11] et les taux d’emprunt n’ont jamais été aussi bas (0 % !). Les aides et subventions pour pallier les conséquences environnementales sont de plus en plus nombreuses et diversifiées (l’État, la Région, le mécénat d’entreprises, les fondations, l’Europe… ou la participation citoyenne[12]).

Certes, la forêt urbaine intégrale Busso ne pourra à elle seule combler le déficit d’espaces vert de notre ville, mais la réaliser sera un acte fort dont on pourra tous être fiers, au présent et au regard des générations qui nous suivent.

Nous, membres bénévoles de l’association Le Pré en Transition, sans intention partisane, avons donc décidé de poursuivre notre mobilisation pour une forêt intégrale, forts de l’enthousiasme du nombre toujours plus grand de nos concitoyens.

LA COLLÉGIALE

NOTES
[1] https://www.20minutes.fr/sante/2313295-20180726-canicule-comment-fera-fait-55-degres-2050
[2] Le terme de forêt ne peut s’utiliser qu’à partir de 5 000 m2. Busso est le seul espace au Pré qui permet, avec la rue Colette Audry et l’espace de l’ancien jardin Pouce vert, de dépasser cette surface. http://education.ign.fr/dossiers/foret-france-metropolitaine
[3] https://www.fne.asso.fr/dossiers/5-super-pouvoirs-arbres-bois-forêts-utiles-milieu-urbain-villes-importance
[4] Web + papier. 2 674 ont été remise le 5 octobre 2019 au commissaire enquêteur dans le PLU
[5] https://www.lemonde.fr/sciences/article/2019/11/12/cancers-du-sein-et-de-la-prostate-la-sante-environnementale-doit-passer-de-la-marginalite-a-une-position-centrale_6018893_1650684.html
[6] Organisation Mondiale de la Santé
[7] Plan d’aménagement de développement durable d’Est-Ensemble, l’axe 1 « Vers une ville renaturée et de qualité pour tous » et l’axe 3 “Concevoir la ville en intégrant les enjeux du dérèglement climatique dans son aménagement (notamment en développant la désimperméabilisation des sols et la végétalisation) doivent être respectés.
Plus précisément, le PADD se donne pour objectifs de réduire la carence en espaces verts du territoire :
– en augmentant le ratio d’espaces verts par habitant (10 m² par habitant d’espaces verts accessibles contre 6% actuellement alors qu’il est de 15 m² en moyenne à l’échelle régionale)
– en ne consommant aucun hectare d’espaces naturels, agricoles ou d’espaces verts.
Malheureusement, le PLUi d’Est-Ensemble n’est pas en accord avec ces axes et ne respecte pas ces objectifs. Il n’impose aucune mise en œuvre et ne porte aucun engagement. 
Rien n’est dit sur la volonté d’atteindre les 10m² par habitant d’espaces verts. 
En complément de ces observations plaidant pour une forêt urbaine à la place de nouvelles construction sur la friche BUSSO
– les données statistiques du projet de révision du PLU sont datés de 2013, elles ne prennent pas en compte les données concernant les épisodes de canicules et de pollution dont ont été victimes les habitants du Pré Saint-Gervais
– le stade est comptabilisé en partie comme espace vert alors qu’il y a une pelouse synthétique.
– Le Schéma de cohérence territoriale (SCoT) du Ministère de la cohésion du territoire n’est pas intégré et respecté, c’est un schéma de planification stratégique à long terme (environ 20 ans), à l’échelle intercommunale, créé par la loi solidarité et renouvellement urbains (SRU) en décembre 2000.
«Le SCoT est chargé d’intégrer les documents de planification supérieurs (SDAGE, SAGE, SRCE, SRADDET) et devient ainsi le document pivot : on parle de SCoT intégrateur, ce qui permet aux PLU/PLUi et cartes communales de ne se référer juridiquement qu’à lui » .
– https://www.cohesion-territoires.gouv.fr/le-scot-un-projet-strategique-partage-pour-le-developpement-de-lamenagement-dun-territoire 
[8] https://www.bfmtv.com/planete/grand-paris-la-pollution-cause-6500-deces-par-an-supplementaires-selon-anne-hidalgo-1041140.html
[9] http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/seine-saint-denis-la-justice-reconnait-une-faute-de-l-etat-dans-la-lutte-contre-la-pollution-de-l-air-25-06-2019-8102196.php
[10] https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/07/04/l-etat-francais-de-nouveau-condamne-par-la-justice-pour-la-pollution-de-l-air_5485365_3244.html
[11] http://www.journaldunet.com/business/budget-ville/le-pre-saint-gervais/ville-93061
[12] Exemple : 65 € par an pendant 25 ans par contribuable Gervaisien (9 900)

Un air pur pour chaque enfant !

Pour chaque enfant un air pur !

En France, trois enfants sur quatre respirent un air toxique. Sur le chemin pour se rendre à l’école ou dans la cour de récréation, ils inhalent des gaz et des particules qui peuvent entraver leur croissance pulmonaire, favoriser le développement de l’asthme, rendre plus fréquents les rhumes, les bronchites et d’autres maladies. À cause de la pollution de l’air, le simple fait de respirer met les enfants en danger.
L’heure n’est plus au constat : il est temps d’agir pour que chaque enfant respire un air pur et sain. Nos élu·e·s au Parlement discutent en ce moment même de la loi d’orientation des mobilités. En influant sur les modes de transport, nous pouvons durablement améliorer la santé des enfants. L’environnement et le climat figurent à raison parmi les sujets de préoccupation des jeunes : aucun avenir sain n’est envisageable sans un air respirable.
Dans notre rapport, nous émettons plusieurs recommandations applicables aussi bien au niveau national qu’à l’échelle locale. Parents, élu·e·s, entreprises, personnels éducatifs : nous pouvons toutes et tous agir. À l’heure actuelle, notre priorité est de rendre obligatoire la mise en place de zones à faibles émissions polluantes (ZFE) autour des lieux accueillant des enfants. Dans ces périmètres délimités, le trafic de voitures est réduit et les rues sont réservées aux véhicules les moins polluants. Depuis une dizaine d’années, plusieurs villes européennes ont franchi le pas. Près de la moitié des Français·es pourraient en bénéficier.
Rendons l’air meilleur pour les enfants en faisant inscrire cette obligation dans la loi : mobilisons-nous.


Source : https://www.unicef.fr/pour-chaque-enfant-un-air-pur

Friche Busso : lettre au Maire

Préambule

Monsieur le Maire,
Avant de vous remettre nos demandes sur le projet Busso (cf. ci-après), il nous importait de lever tout malentendu suite à la dernière concertation en vous précisant qui nous étions et ce qui nous anime.
Comme vous, nous sommes très attachés aux valeurs de justice sociale, c’est au fond, ce qui fédère notre association marquée par la diversité des parcours de ses membres, la plupart enfants d’ouvriers, de paysans ou de petite et de classe moyenne.
Certains ont connu des passages dans les « cités de transit », les bidonvilles ou les garnis dans les interstices des périphéries urbaines et de grands ensembles dégradés.
Pour d’autres, c’est le passage de la campagne vers la ville avec toutes les blessures liées aux frottements des rencontres culturelles : culture de classe, culture avec d’autres venus d’ailleurs pour faire grandir nos territoires.
Cette histoire est la force de notre département et de notre ville. C’est aussi celle de notre association.
Forts de la riche expérience de leur relation au monde, tous les membres de notre association sont mobilisés dans le même souci du bien commun. Au Pré comme ailleurs.
Aussi luttons-nous contre toutes les formes de stigmatisations et de représentations figeant les personnes dans des catégories totalisantes et réductrices qui abîment la qualité des relations humaines. Pour nous, il n’y a au Pré ni bobos, ni prolos, ni étrangers… il n’y a que des personnes porteuses d’une histoire singulière avec qui nous voulons échanger, partager, faire société et vivre tout simplement en préparant, ici et maintenant, dans la joie et la bonne humeur, l’avenir incertain qui s’annonce pour les générations qui nous succèderont.
Le fondement des demandes que nous vous adressons dans notre courrier en pièce jointe, est le résultat d’une réflexion collective de toutes ces personnes portées par ces valeurs.

Très cordialement,
La Collégiale
PS Lettre envoyée en copie aux associations, personnes et représentants intéressés par le projet Cité-Busso

Courrier adressé au Maire

Le Pré Saint-Gervais, le 11 mars 2019.

Monsieur le Maire
Lors de la dernière concertation sur l’avenir de l’espace Busso, l’association le Pré en Transition s’est mobilisée pour livrer au débat sa vision pour une Cité-Forêt.
Sachez, que nous savons gré la Municipalité d’avoir préempté puis acquis cette parcelle afin de la protéger des pressions toujours plus fortes des promoteurs immobiliers. Nous saluons ce choix à sa juste valeur.
Nous sommes surpris d’apprendre dans le dernier numéro de Prévoir que « le cahier des charges sera transmis à la fin du mois de mars aux opérateurs-trices et architectes qui répondent au concours » alors que cette date était annoncée en juin lors de la concertation du 12 février. Ce délai est trop court.
L’importance du projet Busso est telle que la préparation de son cahier des charges nécessite et mérite d’avantage de temps de réflexion commune pour étudier toutes les solutions alternatives et trouver les solutions durables, innovantes et ambitieuses dont la Municipalité et les habitants pourront être fiers dans les années et décennies à venir.
Toujours dans Prévoir, permettez-nous, Monsieur le Maire, de vous signaler deux contradictions lues dans l’article « Busso : Retour sur la seconde réunion publique ».
On y lit : « Si la question environnementale est primordiale pour la municipalité, elle doit faire face à une autre urgence, sociale cette fois : il y a actuellement près de 1 500 dossiers de demandeurs.euses de logements à loyers modérés au Pré St Gervais ». 
Les contradictions :
1. elle hiérarchise justice sociale et justice environnementale
2. avec 30 % de logements sociaux sur 110 prévus, la municipalité ne répondrait qu’à 2,2 % des demandes qui lui sont faites. Les 77 autres logements resteront donc soumis au marché immobilier privé !
Hors son aspect de rentabilité économique, le projet de la ville ne prend pas suffisamment la mesure des enjeux de santé publique, d’inégalités sociales et environnementales intrinsèquement liées.
Celles-ci, dépendent certes moins de la municipalité que du modèle économique productiviste, principale cause des inégalités et des conséquences du dérèglement climatique menaçant pour la première fois de leur histoire la vie des hommes sur terre.
Les pics de température et de pollution aux particules fines de ces dernières semaines confirment l’urgence sanitaire et nous renvoient à notre responsabilité de repenser la vie et son avenir en ville.
Même si, plus que d’autres dans le département, notre municipalité peut s’honorer d’un parc de logements sociaux supérieurs à la moyenne (+ 44 %), les loyers des derniers programmes PLS restent de toute façon inaccessibles aux plus démunis.
Ce sont eux, vous le savez, qui sont les premiers touchés par la pollution et les problèmes de santé qui y sont liés (asthme, allergies, bronchiolite etc.). Sans capacité financière ils ne peuvent échapper à l’emprise urbaine bitumée et bétonnée et vivent souvent à l’étroit avec des enfants et des adolescents à faire grandir.
La municipalité ne peut faire l’économie d’une réflexion tenant compte des besoins vitaux de tous ses habitants, à court et à long terme.
La Cité-Forêt a vocation à y répondre, en prenant évidemment en compte sa faisabilité économique.
La sanctuarisation de terres à l’origine du parc Georges Valbon, a été un exemple inspirant pour notre projet. Incontestable réussite, cette décision politique volontariste et ambitieuse a permis à des générations d’ouvriers et de populations très modestes de La Courneuve, Stains, St Denis… de changer d’air et de vivre des moments de détente et de vacances en famille rien qu’en traversant la rue.
Visionnaires il y a 50 ans, ils l’ont décidé et ils ont réussi. Pourquoi pas nous aujourd’hui ?
Comme vous le notez dans l’édito de la bien nommée revue Prévoir « La transition écologique (…) est d’abord une vision politique ».
Les graves mutations climatologiques ont commencé. L’espace libéré par les usines Busso est la dernière chance pour tous les habitants du Pré de transformer radicalement leur ville, l’une des plus denses et les moins végétalisées en Europe.
Ainsi, Monsieur le Maire, la Cité-Forêt, n’est pas une utopie, mais la seule réponse réaliste. Toutes les études scientifiques le confirment, justice sociale et justice écologique vont de pair.
Insuffisamment débattus ni approfondis, ces sujets risquent de ne pas être pris à leur juste mesure dans le cahier des charges remis aux candidats.
Aussi, Monsieur le Maire, nous vous sollicitons solennellement pour vous demander :
1. Le report de la date de transmission du cahier des charges
2. L’organisation d’une réunion publique ouverte au débat précédée d’une communication aux habitants du projet de cahier des charges du concours pour la parcelle Busso
3. La reprise de la rédaction du cahier des charges prenant en compte la faisabilité des divers scénarios imaginés par les habitants lors des concertations
4. L’inscription dans la prochaine version du PLU de la majorité du terrain Busso en tant qu’espace public végétalisé en pleine terre
5. L’étude de pistes de financement alternatif : subventions (Idf,EU …), prêts publics à très long terme, crédit carbone, mécénat, etc. voire une participation financière de la ville.
Nous vous remercions du temps et de l’attention accordée à la lecture de nos demandes pour lesquelles nous attendons une réponse, et vous prions de croire, Monsieur le Maire, en nos respectueuses salutations citoyennes.

La Collégiale

ANNEXE BIBLIOGRAPHIQUE

NOTE
Au-delà de l’aspect purement esthétique, la présence d’arbres en ville remplit bien d’autres fonctions : 

  • Lutte contre le réchauffement climatique : les arbres en ville sont des puits de carbone, c’est-à-dire un réservoir de CO2, un gaz capté dans notre atmosphère et qui est à l’origine de l’effet de serre. Ainsi piégé dans les végétaux, la diminution du taux de CO2 dans l’air influence le micro climat urbain.
  • Fixation des particules fines : les arbres sont en capacité d’absorber une partie des gaz polluants et particules en suspension provenant notamment des pots d’échappement des véhicules, composants particulièrement nocifs pour la santé des habitants des villes.
  • Les arbres sont un garde-manger et un gîte naturelpour de nombreuses espèces (oiseaux, insectes, rongeurs) qui ont pour beaucoup d’entre elles désertées les grandes villes et qui peinent à repeupler nos rues. 
  • Rôle de climatiseur en diminuant l’été la formation d’îlots de chaleurs urbains et en jouant le rôle de paravent contre les vents froids en hiver. A ce propos, une équipe scientifique canadienne de Vancouver a publié en 2017 une étude venant appuyer ces affirmations et dans laquelle les chercheurs aboutissent à la conclusion suivante : les arbres peuvent diminuer de 15% les dépenses d’énergie liées à la climatisation en été et de 10% les dépenses d’énergie liées au chauffage l’hiver.

Enfin, et non des moindre, la science à mis en évidence ces dernières années que la présence d’espaces verts en ville est un facteur de baisse du taux de criminalité. Le Dr. Netta Weinstein, chercheuse anglaise, met clairement en évidence l’incidence positive de la nature en ville sur la cohésion sociale et le bien-être des habitants et estime à 4% la réduction de la criminalité dans les villes où parcs et jardins sont aménagés

Quelques publications de référence

La santé et le rôle de la forêt urbaine

Article canadien
https://www.inspq.qc.ca/pdf/publications/1274_EspacesVertsUrbainsSante.pdf

Thèse urbanisation et santé
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01566220/document

Document OMS urbanisme et santé
http://www.euro.who.int/__data/assets/pdf_file/0010/102106/E93982.pdf

Gestion urbaine des forets urbaines
https://villedurable.org/2012/11/12/gestion-durable-des-forets-urbaines-quelques-pistes-daction/

Le buisness des forêts urbaines
https://www.reforestaction.com/plantez-une-foret-urbaine

Espaces verts et asthme

et 

https://www.e-sante.fr/espaces-verts-avantages-inconvenients-pour-enfants/breve/1173

La forêt urbaine

Ernst Zürcher, spécialiste des arbres : « L’homme moderne présente un syndrome de manque de nature » Journal Minimal
https://lejournalminimal.fr/ernst-zurcher-specialiste-des-arbres-lhomme-moderne-presente-un-syndrome-de-manque-de-nature/

La forêt urbaine. Wikipédia
https://fr.wikipedia.org/wiki/For%C3%AAt_urbaine

Quand la forêt s’invite en ville. UP Magazine
http://www.up-magazine.info/index.php/urbanisme-architecture-3/7260-quand-la-foret-s-invite-en-ville

Un entrepreneur indien crée des petites forêts en milieu urbain (Les observateurs France 24)
http://observers.france24.com/fr/20160816-inde-reforestation-afforestt-foret-Shubhendu-Sharma-ecologie

Bientôt une nouvelle forêt dans le Val-d’Oise ? (Les Echos)
https://www.lesechos.fr/pme-regions/actualite-des-marches-publics/0301213460629-bientot-une-nouvelle-foret-dans-le-val-doise-2151276.php

Le projet de forêt sur la plaine de Pierrelaye-Bessancourt commence à éclore (Le Parisien)
http://www.leparisien.fr/val-d-oise-95/le-projet-de-foret-sur-la-plaine-de-pierrelaye-bessancourt-commence-a-eclore-01-01-2018-7479129.php

Combien d’arbres faudrait-il planter pour compenser la pollution d’une seule personne ? (E-RSE)
https://e-rse.net/arbres-stocke-carbone-combien-27079/#gs.uccROeA

Reforestation en France  (Reforestaction)
https://www.reforestaction.com/reforestation-en-france

Avant/Après. (Afforestt)
https://www.afforestt.com/results

La pollution de l’air aurait aussi des effets sur le développement du cerveau des enfants (Le Monde)
https://www.lemonde.fr/pollution/article/2018/04/05/la-pollution-de-l-air-aurait-aussi-des-effets-sur-le-developpement-du-cerveau-des-enfants_5281222_1652666.html

Paris plante sa première forêt !
https://api-site.paris.fr/images/72539

La forêt linéaire (Ecologik Magazine)
https://www.ecologikmagazine.fr/la-foret-lineaire-de-la-zac-claude-bernard-a-paris-a2002

La forêt-jardin gagne du terrain (le Point)
https://www.lepoint.fr/art-de-vivre/la-foret-jardin-gagne-du-terrain-04-11-2017-2169789_4.php

Pollution de l’air en Île-de-France

Source

Sauvons la forêt de la Corniche des Forts

 

Plus d’infos

Un plan de résilience locale pour le Pré

Dans un contexte de réchauffement climatique (+5°C d’ici la fin du siècle), de chute de la biodiversité (6e grande extinction) et d’une forte dépendance aux énergies fossiles, et dans la perspective d’un effondrement généralisé de nos sociétés, les villes sont particulièrement vulnérables. Certaines grandes villes travaillent déjà à un plan de résilience pour anticiper, s’adapter et faire face aux chocs à venir. Aussi, proposons-nous la création d’un Plan de résilience locale pour la ville du Pré Saint-Gervais.

Pour initier cette démarche, nous avons travailler autour de 5 grandes thématiques :

  • COMPRENDRE : un cour public autour des conséquences du réchauffement climatique
  • CONNECTER (nature>ville) : la végétalisation en pleine-terre de trottoirs (favoriser la biodiversité, créer des îlots de fraicheur et favoriser le ruissellement des eaux de pluie)
  • NOURRIR : une implication de la ville dans le projet CARMA pour l’exploitation et le maintien des terres fertiles sur le triangle de Gonesse
  • RALENTIR : un plan-vélo sur la ville pour favoriser le recours à ce moyen de transport
  • RESPIRER : un jardin-forêt sur la parcelle Busso pour créer un poumon (lutte contre la pollution, îlot de fraicheur, biodiversité, gestion eaux de ruissellement…)

  • La ville du Pré face au dérèglement climatique & à la chute de la biodiversité

Document de travail produit par les membres de l’association à l’occasion d’une rencontre avec Gérard Cosme, le Maire du Pré Saint Gervais.

Télécharger le PDF

Sources :

Réchauffement climatique : +5°C si on ne fait rien

La sixième extinction de masse des animaux s’accélère

Manuel de transition: chapitre 1, pic pétrolier et changement climatique (partie 1/2)

Théories sur les risques d’effondrement de la civilisation industrielle

Carma Gonesse

Gonesse : « L’idée du projet Carma, c’est vraiment la terre et l’agriculture »

CARMA : un autre destin pour le Triangle de Gonesse

Le paysage au service de la biodiversité dans la ville durable
Pour une écologie urbaine soutenable

La biodiversité en ville dense

La ville-nature

Aménager la nature en ville

Guérir la ville

Ci-après les notes de travail de l’Association le Pré en Transition concernant la révision du PLU au Pré Saint-Gervais. Notes envoyées le 01/06/2018 au Service urbanisme de la Mairie. (télécharger le courrier : PDF)

NOTES POUR LE PADD – RÉVISION PLU PRÉ SAINT-GERVAIS

Parler de “guérir la ville”, c’est vouloir réparer les dégâts causés par nos modes de vie des dernières décennies : un impact négatif de la voiture sur l’environnement et notre santé (pollution, bruit, stress…), un dépérissement du commerce local au profit des grandes surfaces, une densification (la 3e plus forte de France[1]) associée à une bétonisation, et par des politiques publiques déficientes, ignorant les enjeux d’avenir.

La hausse moyenne de la température de la Terre dépassera largement la limite des 2°C dans les années à venir[2]. Devant l’urgence, nous sommes donc dans l’obligation de préparer, dès maintenant, la ville à faire face aux conséquences du dérèglement climatique, cela engage notre responsabilité. Le réalisme nous impose d’avoir une vision ambitieuse et créative – dépassant le modèle actuel qui ne prend pas en compte ce contexte – pour une ville résiliente.

1. se libérer de la voiture et favoriser les transports doux

La voiture occupe beaucoup d’espace public et est source de nombreuses nuisances, elle a envahi la ville.
– un plan vélo sur la ville : des parkings à vélos collectifs sécurisés dans chaque rue, pistes cyclables protégées, généraliser le double-sens vélo et le tourne-à-droite aux feux  
– des rues piétonnes (définitivement pour certains axes commerçants ; ponctuellement pour les autres)
– rendre obligatoire l’existence d’un local à vélos (en lieu et place des places de stationnement) pour toute nouvelle construction.
– augmenter la fréquence de passage et étendre les horaires du P’tit BUS

2. redonner sa place à la nature en ville

L’excès de minéralisation de la ville rend celle ci plus sensible aux aléas climatiques (canicules, fortes pluies…). La biodiversité en ville est particulièrement en danger.
– élargir les carrés consacrés aux arbres et permettre la plantation (avec surélévation)
– créer un poumon au cœur du Pré : une mini forêt protégée avec cheminement sur-élevé (par exemple sur la parcelle Busso) > puit de carbone, lutte contre la perméabilisation des sols et îlots de fraîcheur.
– sanctuariser le biotope existant en interdisant toute nouvelle construction sur terre nue.
– pérenniser les friches en jardins communs, partagés.
– permettre la mise en place de frontages publics.
– planter des arbres nourriciers dans les rues

3. ralentir, pour vivre mieux et créer du lien

– Limiter la vitesse dans toute la ville à 30 km/h.
– Créer des chicanes végétalisées dans les rues, notamment à proximité des feux pour inviter à ralentir.
– Rue André Joineau en zone de rencontre (priorité piéton).
– Inscrire la ville dans le mouvement européen Slow City (avec labellisation).
– Créer des régies de quartier : kiosque avec un régisseur de quartier. Propreté, civisme, services publics…
– Installation de mini-zones éphémères et mobiles (bancs, table…) sur des places de stationnement, permettant aux habitants d’échanger.

4. construire une ville vivante et résiliente

– soustraire le foncier à la spéculation : interdire toute nouvelle construction supérieure à R+3
– n’autoriser les agrandissements que s’ils sont accompagnés d’une rénovation énergétique globale
– l’équivalent des nouvelles surfaces de construction devra être compensé par végétalisation (verticale ou horizontale, intégrée au projet architectural – avec suivi et obligation d’entretien au même titre que les ravalements de façades.
– des bâtiments publics et programmes immobiliers à énergies positives

La ville du Pré a atteint ses limites avec moins de 6 m2 d’espace vert par habitant[3], il est impératif de construire moins et mieux.

 

Ressources :

https://pludupresaintgervais.wordpress.com/

Actions pour la Transition

 

SLOW CITY

Manifeste « Slow city » avec 70 recommandations et obligations.

Voici les principales :
– Mise en valeur du patrimoine urbain historique en évitant la construction de nouveaux bâtiments.
– Réduction des consommations énergétiques.
– Promotion des technologies écologiques.
– Multiplication des espaces verts et des espaces de loisirs.
– Propreté de la ville.
– Priorité aux transports en communs et autres transports non polluants.
– Diminution des déchets et développement de programmes de recyclage.
– Multiplication des zones piétonnes.
– Développement des commerces de proximité.
– Développement d’infrastructures collectives et d’équipements adaptés aux handicapés et aux divers âges de la vie.
– Développement d’une véritable démocratie participative.
– Préservation et développement des coutumes locales et produits régionaux.
– Exclusion des OGM

Source

 

FRONTAGE : RECONQUÉRIR LES RUES
Nicolas Soulier

https://www.youtube.com/watch?v=YrcTMVw00Fg

https://fr.wikipedia.org/wiki/Frontage

RUE DE L’AVENIR

Quand des villes retirent l’asphalte

Les grandes villes, engagées pour la biodiversité végétale

The conversation : Les “forêts urbaines”, essentielles aux villes de demain.

La résilience urbaine

[Sources]

  1. Wikipédia Liste des communes les plus denses de France
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_communes_de_France_les_plus_denses
  2. Article du Monde : “Tous les indicateurs du réchauffement climatique sont au rouge”
    http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/05/09/tous-les-indicateurs-du-rechauffement-climatique-sont-au-rouge_5124694_3244.html
  3. Site de la ville du Pré. http://www.villedupre.fr/agenda_21_environnement_energie_et_qualite_de_l_air.html

le Pré face au dérèglement climatique

DÉRÈGLEMENT CLIMATIQUE
RELIER POUR RÉSISTER

Manger sain et local : promouvoir les AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne), contre la malbouffe et les pesticides dans les aliments consommés par les enfants en restauration scolaire, développer le bio à la cantine.

Recycler : mettre en pratique les “3R” RÉDUIRE/RÉUTILISER/RECYCLER, notamment lors de la Fête de la Transition (buffet zéro déchet, ateliers récup/réparation…), soupes de la Transition (à base de légumes invendus et d’épluchures).

Ralentir : émettre moins de gaz à effet de serre, source du réchauffement climatique, en favorisant les modes de déplacements doux (vélos, marche à pieds…). Organisation de promenades à vélos (vélorution) dans les rues du Pré, mise en place de rues piétonnes, soutien du Pédibus du Pré.

Cultiver la ville : animation du jardin partagé  “Jardin Divers” au 1 rue Paul de Kock (trocs de graines, atelier semis, poules, composteur, jardinage…)

Composter : co-animation du composteur collectif (Square Edmond Pépin).

Relocaliser nos échanges : mise en place de la Pêche, monnaie locale, au Pré. Comptoir de changes tous les samedis au square Edmond Pépin. Organisation de matinées festives avec les commerçants.

Réfléchir : projections de films suivi d’un débat à la salle Danton ou au ciné104 à Pantin.

le pédiBUS du Pré !

La FCPE du Pré Saint-Gervais

en partenariat avec le Pré en Transition
et le soutien de la Ville du Pré

lance le PédiBUS du Pré
le lundi 5 mars 2018

Ligne Baudin > Jean Jaurès/Brossolette

Bouger autrement vers l’école…

C’est quoi un pédibus ?

C’est un ramassage scolaire à pied assuré par des parents bénévoles.

Pourquoi un pédibus ?

C’est ludique ! Les enfants redécouvrent les saisons, dialoguent avec leurs camarades dans la bonne humeur.
Ça crée la convivialité ! Outre l’économie financière, les liens sociaux sont favorisés. Les adultes renouent avec la notion d’entraide. Les enfants retrouvent leurs amis, s’en font de nouveaux… En deux mots : ils communiquent !
C’est bon pour la forme ! En faisant pratiquer aux enfants quotidiennement un effort physique «dosé», le pédibus participe à leur bien-être. Plus décontractés, ils sont plus attentifs en classe.
C’est zéro pollution ! Savez vous que les trajets les plus courts en voiture, inférieurs à 2 km, sont très polluants ? En utilisant le pédibus, vous réduisez réellement la pollution atmosphérique.
Ça améliore la sécurité ! Le pédibus c’est aussi améliorer la sécurité des enfants aux abords des écoles. Chaque trajet en pédibus permet de réduire le trafic autour des écoles. Moins il y aura de voitures et moins il y aura de risques d’accidents …
C’est éducatif ! Les enfants en utilisant le pédibus apprennent les significations des panneaux routiers. Ils apprennent à traverser une rue, à appréhender les situations dangereuses, en bref, à devenir autonome.

Source : http://www.reseaumillepattes.org/

VOUS ÊTES INTÉRESSÉ.E POUR VOTRE ENFANT ?
VOUS SOUHAITEZ PARTICIPER OU CRÉER UNE LIGNE AU PRÉ ?

Site web FCPEParticiper

 

« Older posts