Catégorie : Climat (page 1 of 2)

La Cité-Forêt du Pré

Concertation BUSSO
Un autre projet est possible

Contexte du Pré Saint-Gervais

l’une des villes les plus denses de France avec l’équivalent de 25 750 habitants au km2.
• à proximité d’une des zones les plus polluées de France (périphérique, autoroute A1) > avec des conséquences sur la santé.
• des espaces verts très réduits (squares, jardins partagés) > moins de 6 m2 d’espace vert par habitant (contre 48m2 / hab en moyenne).
• un dérèglement climatique sensible aussi au Pré (avec un impact sur la biodiversité notamment).

La Cité-Forêt du Pré Saint-Gervais

Pourquoi une Cité-Forêt ?
• 4000m2 de jardin-forêt : un projet innovant pour construire un patrimoine commun dans la continuité historique de la Cité-Jardin.
• crée un îlot de fraîcheur pour le quartier lors d’une canicule (climatiseur naturel).
absorption du CO2 dans l’atmosphère (puits de carbone).
• contribue à drainer les eaux de pluie dans une ville aux sols artificiels dominants.
limite les effets de la pollution en filtrant les particules.
• redonne une biodiversité à la ville.
• face à la forte densité, une ville plus agréable à vivre…
• un bâti exemplaire en bois/paille : constructions passives et végétalisées.

Un projet réaliste financé par l’habitat
• Une surface de 600/800m2 destinée à la construction de logements pour financer la réalisation du jardin-forêt.
• Un Tiers-Lieu pour les habitants avec rez-de-chaussée dédié à des activités sociales et solidaires : coopérative alimentaire, cantine, salles associatives et culturelles polyvalentes…

• UNE ZONE NATURELLE UNIQUE
• UN PATRIMOINE POUR LA VILLE
• UN POUMON AU CŒUR DE LA VILLE
• UN ÎLOT DE FRAÎCHEUR
• UN SOL RE-PERMÉABILISÉ
• UN ESPACE POUR TOUS, BON POUR LA SANTÉ
• UNE VILLE RÉSILIENTE IMPLIQUÉE CONTRE LE DÉRÈGLEMENT CLIMATIQUE

Un projet réaliste,
financé par l’habitat


Ressources


Les bienfaits de l’arbre en ville

Ernst Zürcher, spécialiste des arbres : « L’homme moderne présente un syndrome de manque de nature » Journal Minimal

La forêt urbaine. Wikipédia

Quand la forêt s’invite en ville. UP Magazine

Un entrepreneur indien crée des petites forêts en milieu urbain (Les observateurs France 24)

Bientôt une nouvelle forêt dans le Val-d’Oise ? (Les Echos)

Le projet de forêt sur la plaine de Pierrelaye-Bessancourt commence à éclore (Le Parisien)

Combien d’arbres faudrait-il planter pour compenser la pollution d’une seule personne ? (E-RSE)

Reforestation en France  (Reforestaction)

Avant/Après. (Afforestt)

La pollution de l’air aurait aussi des effets sur le développement du cerveau des enfants (Le Monde)

Paris plante sa première forêt !

La forêt linéaire (Ecologik Magazine)

La forêt-jardin gagne du terrain (le Point)

Un plan de résilience locale pour le Pré

Dans un contexte de réchauffement climatique (+5°C d’ici la fin du siècle), de chute de la biodiversité (6e grande extinction) et d’une forte dépendance aux énergies fossiles, et dans la perspective d’un effondrement généralisé de nos sociétés, les villes sont particulièrement vulnérables. Certaines grandes villes travaillent déjà à un plan de résilience pour anticiper, s’adapter et faire face aux chocs à venir. Aussi, proposons-nous la création d’un Plan de résilience locale pour la ville du Pré Saint-Gervais.

Pour initier cette démarche, nous avons travailler autour de 5 grandes thématiques :

  • COMPRENDRE : un cour public autour des conséquences du réchauffement climatique
  • CONNECTER (nature>ville) : la végétalisation en pleine-terre de trottoirs (favoriser la biodiversité, créer des îlots de fraicheur et favoriser le ruissellement des eaux de pluie)
  • NOURRIR : une implication de la ville dans le projet CARMA pour l’exploitation et le maintien des terres fertiles sur le triangle de Gonesse
  • RALENTIR : un plan-vélo sur la ville pour favoriser le recours à ce moyen de transport
  • RESPIRER : un jardin-forêt sur la parcelle Busso pour créer un poumon (lutte contre la pollution, îlot de fraicheur, biodiversité, gestion eaux de ruissellement…)

  • La ville du Pré face au dérèglement climatique & à la chute de la biodiversité

Document de travail produit par les membres de l’association à l’occasion d’une rencontre avec Gérard Cosme, le Maire du Pré Saint Gervais.

Télécharger le PDF

Sources :

Réchauffement climatique : +5°C si on ne fait rien

La sixième extinction de masse des animaux s’accélère

Manuel de transition: chapitre 1, pic pétrolier et changement climatique (partie 1/2)

Théories sur les risques d’effondrement de la civilisation industrielle

Carma Gonesse

Gonesse : « L’idée du projet Carma, c’est vraiment la terre et l’agriculture »

CARMA : un autre destin pour le Triangle de Gonesse

Le paysage au service de la biodiversité dans la ville durable
Pour une écologie urbaine soutenable

La biodiversité en ville dense

La ville-nature

Aménager la nature en ville

Journée de l’air au Pré

EXPOSITION QUALITÉ DE L’AIR
au Jardin de Jules

organisée par l’association 4bis
le 20 septembre 2017

Fête de la Transition
30/09/2017

INVITATION

FÊTE DE LA TRANSITION

samedi 30 septembre 2017
de 10h à 17h
Square Edmond-Pépin
au Pré Saint-Gervais

Buffet à prix libre, Tombola gratuite, jeux pour enfants, atelier bricolage, jardin, cuisine, vélo, concerts, monnaie locale, conférences et échanges…
Sous le signe de la BONNE HUMEUR !

Retrouvez de nombreuses associations présentes ce jour-là autour de grandes thématiques :

Manger sain et local > AMAP, cantine bio…

Recycler > Réduire, réutiliser, revaloriser, réparer, cuisiner anti-gaspi…

Ralentir > moins de Co2, vélo, zone piétonnes, s’amuser sans consommer

Cultiver la ville > ruches, jardins partagés, arbres comestibles, partager les savoirs…

Composter > réduire ses déchets, créer de l’humus…

Réfléchir  > conférences, débat, films

Relocaliser nos échanges > réduire notre empreinte sur la terre, monnaie locale, l’économie réelle contre la spéculation…

 

La nature : une solution au réchauffement climatique en Île-de-France

 

Un clip de 5min30 montrant que des solutions fondées sur la nature existent, en ville en particulier, pour nous adapter aux effets du changement climatique (inondations, tempêtes, érosion des sols, glissements de terrain…).

Auteur(s) : réalisé par Natureparif en association avec l’IFORE et l’AESN dans le cadre de la COP21

Description

Le changement climatique n’est qu’une facette des changements globaux puisque nous connaissons dans le même temps une érosion spectaculaire de la biodiversité, les deux phénomènes étant liés. Impactée par le changement climatique, la biodiversité change en retour et peut l’accélérer. Elle est aussi un réservoir de solutions puisque les écosystèmes en bon état de conservation contribuent à l’atténuation (captage et stockage du dioxyde de carbone atmosphérique) et à l’adaptation aux effets du changement climatique (risques naturels comme les inondations, les tempêtes, les glissements de terrain ou l’érosion des sols). Les possibilités en matière de solutions faisant appel à la biodiversité sont innombrables et variées !

 

Source : Biodiville

Appel à une insurrection climatique

Dans un appel, cent personnalités appellent à une insurrection climatique, dans l’esprit des mouvements sociaux qui ont mis fin aux crimes de l’esclavage, du totalitarisme, du colonialisme ou de l’apartheid. Il faut laisser les énergies fossiles dans le sol, ne plus les extraire et cessez de les subventionner afin de pouvoir continuer à vivre, « agir, penser, aimer, prendre soin, créer, produire, contempler et  lutter ».

Laissons les fossiles dans le sol pour en finir avec les crimes climatiques

Nous sommes à la croisée des chemins. Nous ne voulons pas nous retrouver contraint.e.s à survivre dans un monde devenu à peine vivable. Des îles du Pacifique Sud à la Louisiane, des Maldives au Sahel, du Groenland aux Alpes, la vie quotidienne de millions d’entre nous est déjà perturbée par les conséquences du changement climatique. Par l’acidification des océans, par la submersion des îles du Pacifique Sud, par le déracinement de réfugiés climatiques en Afrique et dans le sous-continent indien, par la recrudescence des tempêtes et ouragans, l’écocide en cours violente l’ensemble des êtres vivants, des écosystèmes et des sociétés, menaçant les droits des générations futures. Ces violences climatiques nous frappent inégalement : les communautés paysannes et indigènes, les pauvres du Sud comme du Nord sont les plus affectés par les conséquences du dérèglement climatique.

Nous ne nous faisons pas d’illusions. Depuis plus de vingt ans, les gouvernements négocient mais les émissions de gaz à effet de serre n’ont pas baissé et le climat poursuit sa dérive. Alors que les constats de la communauté scientifique se font plus alarmants, les forces de blocage et de paralysie l’emportent.

Ce n’est pas une surprise. Des décennies de libéralisation commerciale et financière ont affaibli la capacité des Etats à faire face à la crise climatique. Partout, des forces puissantes — entreprises du secteur fossile, multinationales de l’agro-business, institutions financières, économistes dogmatiques, climatosceptiques et climatonégationnistes, décideurs politiques prisonniers de ces lobbies — font barrage et promeuvent de fausses solutions. 90 entreprises sont à l’origine des deux tiers des émissions mondiales de gaz à effet de serre. De véritables réponses au changement climatique nuiraient à leurs intérêts et à leur pouvoir, remettraient en cause l’idéologie du libre-échange, et menaceraient les structures et les subventions qui les soutiennent.

Nous savons que les multinationales et les gouvernements n’abandonneront pas aisément les profits qu’ils tirent de l’extraction des réserves de charbon, de gaz et de pétrole ou de l’agriculture industrielle globalisée gourmande en énergie fossile. Pour continuer à agir, penser, aimer, prendre soin, créer, produire, contempler, lutter, nous devons donc les y contraindre. Pour nous épanouir en tant que sociétés, individus et citoyen.ne.s nous devons tout.e.s agir pour tout changer. Notre humanité commune et la Terre le demandent.

Nous gardons confiance en notre capacité à stopper les crimes climatiques. Par le passé, des femmes et des hommes déterminé.e.s ont mis fin aux crimes de l’esclavage, du totalitarisme, du colonialisme ou de l’apartheid. Elles et ils ont fait le choix de combattre pour la justice et l’égalité et savaient que personne ne se battrait à leur place. Le changement climatique est un enjeu comparable et nous préparons une insurrection similaire.

Nous travaillons à tout changer. Nous pouvons ouvrir les chemins vers un futur vivable. Notre pouvoir d’agir est souvent plus important que nous ne l’imaginons.. A travers le monde, nous luttons contre les véritables moteurs de la crise climatique, défendons les territoires, réduisons les émissions, organisons la résilience, développons l’autonomie alimentaire par l’agro-écologie paysanne, etc.

A l’approche de la conférence de l’ONU sur le climat à Paris-Le Bourget, nous affirmons notre détermination à laisser les énergies fossiles dans le sol. C’est la seule issue.

Concrètement, les gouvernements doivent mettre un terme aux subventions qu’ils versent à l’industrie fossile, et geler leur extraction en renonçant à exploiter 80% de toutes les réserves de combustibles fossiles.

Nous savons que cela implique un changement historique majeur. Nous n’attendrons pas que les Etats agissent. L’esclavage et l’apartheid n’ont pas disparu parce que des Etats ont décidé de les abolir, mais par des mobilisations massives qui ne leur ont pas laissé le choix.

L’issue est incertaine. Nous avons toutefois une occasion unique de renouveler la démocratie, de démanteler le pouvoir hégémonique des multinationales et de transformer radicalement nos modes de production et de consommation. Tourner la page des fossiles est une étape décisive vers la société juste et soutenable dont nous avons besoin.

Nous ne gâcherons pas cette chance, à Paris comme ailleurs, aujourd’hui comme demain.

 

Pour signer l’appel.

Source

Comment tout peut s’effondrer

Une conférence à la Maison des Métallos.

Source

Un entretien (Médiapart)

Pour aller plus loin : entretien avec Pablo Servigne (Reporterre)

 

Influences climatiques
des îlots urbains

Voici une carte représentant la morphologie des îlots urbains du Pré-Saint-Gervais.

Ilots-urbains_Pre_St_Gervais

Consulter la carte

Sensibilité-ilot

En zoomant, on peut découvrir de façon précise la sensibilité de chaque îlot à la chaleur.

La végétalisation comme remède aux îlots de chaleur urbains.

schema_Les_fonctions_des_espaces_ouverts_urbains

 

Plus d’infos : Notes rapides de l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme

Les stratégies de végétalisation pour aider la ville à faire face à la canicule

La vulnérabilité de la ville à la chaleur par l’approche Zones climatiques locales

 

la météo en 2050

Bulletin météo prospectif lancé à l’occasion de la COP20 à Lima. Toujours d’actualité !

Source

Pourquoi la COP21 ?

Intro_Infographie

La science a parlé : le climat s’est déréglé à cause de l’activité humaine. Ce dérèglement a un impact sur la planète et sur les hommes. Nous pouvons agir, nous devons le faire maintenant. Grâce à l’infographie produite par UNRIC ci-dessous, vous comprendrez mieux pourquoi et comment nous devons agir et l’importance de la 21ème conférence des Nations Unies sur le climat, qui se tiendra à Paris fin 2015 sous l’égide de la CCNUCC.

Continue reading

« Older posts