Tag: santé

De la drogue dans nos assiettes ?

Un film de Rémy Burkel et Sylvie Deleule
En collaboration avec Laure Noualhat

affiche_cine_drogueassiette

Glaces, chips, plats tout préparés… Impossible d’y résister. Obèses ou en bonne santé, ce n’est plus la question : nous sommes tous accros à l’alimentation industrialisée qui représente 80% de ce que nous ingurgitons. Rémy, un franco-américain, sillonne l’Europe et l’Amérique pour comprendre comment l’addiction alimentaire s’est généralisée. Auprès des scientifiques qui traquent l’addiction au sucre, des industriels qui jouent avec nos faiblesses, des juristes qui préparent la révolte citoyenne, mais aussi des chefs et des simples gourmands, Rémy mène une enquête sur notre prochaine désintox alimentaire.

Le Pré en Transition propose une soirée sur la malbouffe vs les potagers partagés, les AMAPS, le BIO et les bonnes habitudes.

Vendredi 25 novembre

19h 30 SALLE DANTON
Rue Danton au Pré Saint Gervais 

en présence des réalisateurs

 

 

Spécial Cantines scolaires : des pistes pour les écoles du Pré…

Le manifeste “Quand les cantines se rebellent”

Couverture-manifeste-Un-Plus-Bio-550x688

Voici en résumé express les dix idées essentielles
développées dans « Quand nos cantines se rebellent »

I – MANGER BIO EN COLLECTIVITÉ : TOUT LE MONDE EN PARLE, TRÈS PEU LE FONT

Le bio en restauration collective, c’est 2,7% du marché alimentaire total en 2014. C’est très peu, on introduit les produits de qualité pour faire chic et la communication remplace les actions concrètes.

II – CHOISIR UN MODE DE RESTAURATION, C’EST POLITIQUE

Le premier levier de décision, c’est la décision publique. Les élus locaux disposent d’un vrai pouvoir pour faire changer les approches alimentaires. Encore faut-il le vouloir.

III – MANGER MIEUX SANS DÉPENSER PLUS, C’EST POSSIBLE

La présomption du surcoût du bio freine de nombreuses ardeurs dans une époque où les budgets sont contraints. On peut pourtant manger bio, local et juste pour pas si cher que cela. Exemples à l’appui.

IV- ET SI LES CANTINES DEVENAIENT DES RESTAURANTS EXEMPLAIRES ?

La réputation des cantines est connotée, il faut faire évoluer l’approche en s’intéressant à l’éducation à l’alimentation, aux bâtiments, aux salles, au temps du repas.

V – LA NOURRITURE NE TOMBE PAS DU CIEL

Ce n’est pas une nouveauté, l’industrie agroalimentaire organise à sa main le marché de l’alimentation. Mais il est possible de lui opposer un modèle de développement vertueux.

VI – S’APPROVISIONNER PRÈS DE CHEZ SOI SANS DÉGÂTS POUR LA PLANÈTE

Pas besoin d’aller très loin pour trouver des bons produits. À condition de rassembler les énergies et de s’adapter à un contexte réglementaire pas toujours facile.

VII – EN FINIR AVEC L’EXCÈS DE VIANDE DE MAUVAISE QUALITÉ

Et si on disait stop aux usines d’élevage géantes, aux abattoirs saturés et au repas systématique à base de viande ? Sans être végétarien, il faut manger moins de viande pour manger « mieux » de viande.

VIII – REDONNER SA PLACE À UNE CUISINE VIVANTE

Les cuisiniers doivent retrouver le goût de faire à manger en abandonnant les vieux réflexes d’une cuisine d’assemblage.

IX – LA SANTÉ PUBLIQUE PASSE AUSSI PAR L’ASSIETTE

Une agriculture et une alimentation qui font appel aux produits chimiques dégradent le niveau de santé générale et induit des coûts importants pour la société.

X – MANGER BIO ET AUTREMENT, C’EST PARIER SUR L’AVENIR

Renoncer au statu-quo, agiter des idées, fédérer les énergies : on est tous capable d’apporter notre pierre.

 

Campagne Bouge ta cantine !

Bouge-ta-cantine-bandeau-OK

Plus d’infos.

Via

 

Le collectif “Pas d’usine, on cuisine”

pasusineoncuisine

Le Collectif “Pas d’usine, on cuisine”

Pas-usine-on-cuisine

 

 

Le label Ecocert “En cuisine”

qui-veut-du-bio

Ecocert a construit le référentiel “En Cuisine” autour de 4 domaines : le recours aux produits biologiques, la provenance des aliments, la qualité de la nutrition, et la gestion environnementale de l’établissement.
Le référentiel s’adresse aux restaurants des établissements d’enseignement : école, collège, lycée, université…

Pour s’adresser au plus grand nombre de professionnels de la restauration collective, nous avons privilégié des critères de bon sens, simples à comprendre et incitatifs.
Pour permettre à chacun de progresser à son rythme, ce nouveau cahier des charges propose 3 niveaux de labellisation.

tableau-ecocert-encuisine_01

Via

 

Alternative végétarienne obligatoire dans les cantines scolaires

Texte de la pétition

Article Gazette des communes

Tribune : Le repas végétarien, le plus laïc de tous

Est-ce qu’on respire la santé ?

INVITATION RÉUNION PUBLIQUE

La question de la relation entre Environnement et Santé est de plus en plus préoccupante en raison de l’augmentation régulière de maladies chroniques comme le cancer, le diabète, les atteintes de la reproduction, l’asthme, les allergies, les troubles mentaux et neurologiques… et de l’émergence de maladies nouvelles comme l’hypersensibilité chimique.
Certes l’alcool et le tabac sont en cause mais les données scientifiques montrent que pollutions, alimentation déséquilibrée, sédentarité, urbanisation ou autrement dit les facteurs environnementaux le sont également aussi.

Le Réseau Environnement Santé voudrait mettre les questions d’environnement et de santé au coeur des politiques publiques. Il mène des campagnes sur les grandes questions de santé et d’environnement. Il agit pour une meilleure prise en compte des données scientifiques validées et pour la mise en oeuvre du principe de précaution.

Ce réseau a aujourd’hui 4 grands projets : Perturbateurs Endocriniens (PE), Maladies Chroniques (MC), Maladies Emergentes et Risques émergents, Alimentation Environnement (AE).
Pour en savoir plus, nous avons invité un chercheur dans ce domaine, président du Réseau Environnement Santé, André Cicollela.
Bien sûr il parlera de ce qu’on connait un peu (comme les perturbateurs endocriniens : phtalates, parabènes, bisphénol A, pesticides) et nous le questionnerons.
Nous aimerions qu’on puisse ensemble réfléchir aux moyens d’action dont nous disposons au niveau de notre commune, de notre Territoire.

jeudi 11 Février

Terrasse de la Maison des Associations

3 place Anatole France
au Pré-Saint-Gervais

La réunion débutera à 20 h 30

Cette réunion aura deux buts :
D’une part, en savoir davantage, auprès d’un spécialiste engagé dans ce domaine.
D’autre part, commencer à voir si, dans notre ville ou avec des villes voisines, il serait possible d’identifier des leviers d’actions et de les mettre en œuvre au service de la santé de tous.

couvSanteEnvironnement

Notre environnement, c’est notre santé
de André Cicolella et Françoise Bousson

 

Via