Tag: monnaie locale (page 1 of 2)

Matinée festive la Pêche
à la boucherie du Pré

MATINÉE FESTIVE SPÉCIALE “PÊCHE”

BOUCHERIE DU PRÉ

le samedi 9 juin de 10h30 à 13h

Venez découvrir des produits artisanaux et aiguiser vos papilles
en dégustant les brochettes « maison ». Savourez…
et profitez d’une remise spéciale Matinée Festive accordée
à tout produit acheté en Pêche !

59 rue André Joineau – 93310 Pré Saint-Gervais

OÙ PUIS-JE AVOIR DES PÊCHES ?

– Tous les samedis de 11h30 à midi à proximité du square Edmond Pépin.
– Au comptoir de l’éco-roulotte présente sur place pour l’événement le samedi 9 juin de 10h30 à 13h.

OÙ PUIS-JE DÉPENSER MES PÊCHES AU PRÉ ?

Boucherie du Pré (59 rue André Joineau)
Librairie «Temps-livres» (86 rue André Joineau)
Imprimerie Univercom (38 rue d’Estienne d’Orves)
Boulangerie du Marché (70 rue André Joineau)
L’institut de Peau-Line (28 rue d’Estienne d’Orves)
Encadreur – Atelier Mondineu (44 rue d’Estienne d’Orves)
Café 366 (dans le marché)
Kiosque à journaux (Place du Marché – 2 rue Anatole France)
Chocolaterie Les Lions (29 rue Jean-Baptiste Sémanaz)

…et dans 100 autres magasins ou services à : Alfortville, Bagnolet, Fontenay-sous-Bois, Montreuil, Pantin, Paris, Saint-Denis, Vincennes.

Plus d’infos : www.peche-monnaie-locale.fr

Comprendre la résilience au Pré…

INVITATION

  Vendredi 18 mai à 19h30
salle Danton
autour d’un apéritif dînatoire

 le Pré en Transition
organise une projection de

TRANSITION 2.0
(50 minutes) 

sur  le sens du mouvement international 
des Villes et Territoires en Transition et les actions
pour faire face au dérèglement climatique

 

Ce documentaire nous montre comment combiner les sages enseignements de la permaculture, redécouvrir les capacités de chacun, réhabiliter la débrouillardise et les savoirs anciens, retrouver le sens du commun et la joie du vivre-ensemble… bref, comment tisser ensemble ici, maintenant et avec enthousiasme les conditions de résilience pour notre avenir et celui de nos enfants.

Jardins partagés, AMAP, monnaie locale, repair café, fêtes de rue… ces initiatives, lancées au Pré, participent déjà, chacune à sa façon, à cet intérêt commun. Nous avons très envie de partager ce moment de convivialité et d’imaginer grâce à ce film comment continuer avec vous ces belles actions concrètes et réjouissantes.

La Collégiale

 

le Pré face au dérèglement climatique

DÉRÈGLEMENT CLIMATIQUE
RELIER POUR RÉSISTER

Manger sain et local : promouvoir les AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne), contre la malbouffe et les pesticides dans les aliments consommés par les enfants en restauration scolaire, développer le bio à la cantine.

Recycler : mettre en pratique les “3R” RÉDUIRE/RÉUTILISER/RECYCLER, notamment lors de la Fête de la Transition (buffet zéro déchet, ateliers récup/réparation…), soupes de la Transition (à base de légumes invendus et d’épluchures).

Ralentir : émettre moins de gaz à effet de serre, source du réchauffement climatique, en favorisant les modes de déplacements doux (vélos, marche à pieds…). Organisation de promenades à vélos (vélorution) dans les rues du Pré, mise en place de rues piétonnes, soutien du Pédibus du Pré.

Cultiver la ville : animation du jardin partagé  “Jardin Divers” au 1 rue Paul de Kock (trocs de graines, atelier semis, poules, composteur, jardinage…)

Composter : co-animation du composteur collectif (Square Edmond Pépin).

Relocaliser nos échanges : mise en place de la Pêche, monnaie locale, au Pré. Comptoir de changes tous les samedis au square Edmond Pépin. Organisation de matinées festives avec les commerçants.

Réfléchir : projections de films suivi d’un débat à la salle Danton ou au ciné104 à Pantin.

Matinée festive la Pêche : Café 366

Fête de la Transition
30/09/2017

INVITATION

FÊTE DE LA TRANSITION

samedi 30 septembre 2017
de 10h à 17h
Square Edmond-Pépin
au Pré Saint-Gervais

Buffet à prix libre, Tombola gratuite, jeux pour enfants, atelier bricolage, jardin, cuisine, vélo, concerts, monnaie locale, conférences et échanges…
Sous le signe de la BONNE HUMEUR !

Retrouvez de nombreuses associations présentes ce jour-là autour de grandes thématiques :

Manger sain et local > AMAP, cantine bio…

Recycler > Réduire, réutiliser, revaloriser, réparer, cuisiner anti-gaspi…

Ralentir > moins de Co2, vélo, zone piétonnes, s’amuser sans consommer

Cultiver la ville > ruches, jardins partagés, arbres comestibles, partager les savoirs…

Composter > réduire ses déchets, créer de l’humus…

Réfléchir  > conférences, débat, films

Relocaliser nos échanges > réduire notre empreinte sur la terre, monnaie locale, l’économie réelle contre la spéculation…

 

notre stand au Vide-grenier du Pré

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Photos Raphael Daniel

Nos commerçants ont la Pêche !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vous aussi, vous souhaitez accepter les paiements en Pêche, monnaie locale ?

Contactez-nous !

 

Une Pêche en fleurs

Vous êtes venus nombreux, ce samedi 25 février, pour découvrir ou redécouvrir, dans la rue du 14 juillet, ce petit coin de poésie: La Fleur en Coton. Tandis que les enfants nourrissaient les vers du compost ou composaient la fresque florale, les parents ou grands-parents échangeaient leurs euros en Pêches, avant de choisir un bouquet à offrir.

OÙ PUIS-JE AVOIR DES PÊCHES ?

Tous les samedis de 11h à 12h au point de compost square Edmond Pépin.

OÙ PUIS-JE DÉPENSER MES PÊCHES AU PRÉ ?

  • Librairie «Temps-livres» (86 rue André Joineau)
  • Imprimerie Univercom (38 rue d’Estienne d’Orves)
  • Kiosque Presse (près du square Edmond-Pépin)
  • Charcutier-traiteur : Maison Remande (74 rue André Joineau)
  • Boulangerie du Marché (70 rue André Joineau)
  • Boucherie du Pré (59 rue André Joineau)
  • Traiteur italien : Di Tutto Un Po (1 rue Danton)
  • La Fleur en Coton (31 rue du 14 Juillet)
  • Laboratoire d’analyses médicales Sainte Beuve (9 avenue Faidherbe)
  • L’institut de Peau-Line (28 rue d’Estienne d’Orves)
  • Biomôme et Bômino (15 place Séverine)
  • Encadreur: Atelier Mondineu (44 rue Honoré d’Estienne d’Orves)

Tous nos Vœux de Transition !

Voeux2017

Quelles sont vos résolutions ?

  • M’inscrire dans une AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) pour manger de bons légumes locaux et de saison et soutenir une agriculture durable.
  • Me déplacer en vélo pour tous mes courts trajets.
  • Emettre moins de gaz à effet de serre (GES) en déposant mes déchets aux composteurs collectifs.
  • Donner du sens à mes échanges en utilisant la monnaie locale La Pêche.
  • Autre ? précisez dans les commentaires plus bas.

Qu’est-ce qu’on attend ?

Le film

Qui croirait que la championne internationale des villes en transition est une petite commune française ? C’est pourtant Rob Hopkins, fondateur du mouvement des villes en transition, qui le dit. « Qu’est-ce qu’on attend ? » raconte les multiples initiatives qui permettent à cette petite ville alsacienne de 2 200 habitants de réduire son empreinte écologique.

La municipalité d’Ungersheim a lancé en 2009 un programme de démocratie participative, baptisé « 21 actions pour le 21ème siècle » qui englobe tous les aspects de la vie quotidienne : l’alimentation, l’énergie, les transports, l’habitat, l’argent, le travail et l’école. « L’autonomie » est le maître mot du programme qui vise à relocaliser la production alimentaire, à promouvoir la sobriété énergétique et le développement des énergies renouvelables, et à soutenir l’économie locale grâce à une monnaie complémentaire (le Radis). Depuis 2005, la commune a économisé 120 000 euros en frais de fonctionnement et réduit ses émissions directes de gaz à effet de serre de 600 tonnes par an. Elle a créé une centaine d’emplois. Et elle n’a pas augmenté ses impôts locaux. Alors, qu’est-ce qu’on attend ?

Tourné sur quatre saisons, pendant une année cruciale – 2015 – qui a vu l’aboutissement de la quasi totalité du programme de transition, le film a d’abord pris la forme d’un reportage de 52 minutes, diffusé par France 3 Alsace le 7 mai dernier sous le titre « Sacré Village ! » Ce format ne suffisait cependant pas à rendre raison de la richesse du matériel filmé ni de la richesse humaine qu’il représentait : la démarche de transition globale, encouragée par la municipalité et désirée par des citoyens éclairés, génère une puissante dynamique, qui va s’amplifiant tout au long du film. Pour évoquer cette aventure citoyenne, il semblait plus adapté de substituer au commentaire journalistique la parole des personnages, racontant eux-mêmes leurs motivations, leurs hésitations, leurs enthousiasmes.

Ainsi a germé l’idée de porter sur grand écran l’histoire exemplaire d’Ungersheim. Une histoire portée par ses personnages, élus ou simples habitants… Jean-Sébastien, jeune intendant de la régie agricole municipale, qui a quitté son métier de vétérinaire pour plus d’éthique. Muriel, co-propriétaire du nouvel éco-hameau construit selon les principes de Bedzed. Christophe et Lili, qui ont converti l’exploitation familiale pour devenir paysans-boulangers. Sébastien, Hayat, Céline, salariés en insertion aux Jardins du Trèfle Rouge. Et bien sûr, Jean-Claude Mench et ses adjoints à la Mairie d’Ungersheim, grands artisans du programme municipal qui articule l’ensemble de ces actions. Ils méritaient un film, pour que les initiatives collectives et le bonheur d’agir se répercutent en échos, et que des communes aux quartiers, les spectateurs rassemblés se posent la question titre : « Qu’est-ce qu’on attend ? »

 Source

Page FB du film

 

Older posts