Catégorie : Thématiques (page 1 of 11)

Babylone fait sa fête

C’est avec plaisir que l’association le Pré en Transition participera à la fête de l’Amicale Babylone le 23 novembre à partir de 11h. 

Nous y présenterons des stands/ateliers qui s’inscrivent dans notre démarche et répondent à nos engagements en matière de prévention et réduction des déchets :
– Une soupe zéro déchets grâce à la récupération de légumes du marché 
– L’écoroulotte & La Pêche monnaie locale
– Un atelier de fabrication textile autour de l’emballage recyclable à base de cire d’abeille & sacs à vrac.

Sauvons les arbres !

Samedi 15 juin de 16h à 18h

LA LIBRAIRIE TEMPS LIVRES
A LE PLAISIR DE RECEVOIR
EN COLLABORATION AVEC
LA PÊCHE MONNAIE LOCALE
et
LE PRÉ EN TRANSITION

Delphine Grinberg
pour son livre 

SAUVONS LES ARBRES !

Grande journée autour des arbres et de l’environnement à la librairie ce samedi !
Tout d’abord avec Delphine Grinberg, qui après des études d’Arts Appliqués, est venue  aux sciences et à l’environnement avec la passion de faire partager aux jeunes le goût de la découverte.
Delphine Grinberg dédicacera son livre et animera également un atelier pour les enfants : fabrication d’arrosoirs pour arroser les plantes sauvages de la rue, et jeu avec des craies géantes pour qu’ils les fassent parler !

SAUVONS LES ARBRES
Delphine Grinberg,
Éditions Rageot, 12,90 euros.
Une histoire 100% écolo qui montre que l’on peut agir au quotidien !
En banlieue, Malou, 9 ans, Tulipe, Florimond, les jumeaux Florian et Floriane, Tito et le rat Neige veulent sauver le grand hêtre du terrain vague. Il abrite leurs fous rires et leurs secrets. Pas question qu’une tronçonneuse le mette à terre ! Pour lutter contre le promoteur, ils ont plein d’armes et des alliés… parfois inattendus !
Et pour prolonger le plaisir, “Terriens malins”, c’est aussi un site internet:
http://terriensmalins.strikingly.com/

Enfin, pour information, Le Pré en Transition et La Pêche-Monnaie locale serons présents avec l’éco-roulotte afin de vous présenter la monnaie locale mais aussi parler d’arbres et de forêt urbaine avec la pétition « un poumon pour nos poumons ».

Réunion publique Electrons Solaire 93 [reportée]

La coopérative Electrons solaire 93
organise une réunion publique
le mercredi 10 avril à 19h [reportée]
Maison des Associations
au Pré Saint-Gervais
(salle 1)

Nous y ferons le point sur l’avancement du projet en général et sur le Pré en particulier.

La Cité-Forêt du Pré

Concertation BUSSO
Un autre projet est possible

Contexte du Pré Saint-Gervais

l’une des villes les plus denses de France avec l’équivalent de 25 750 habitants au km2.
• à proximité d’une des zones les plus polluées de France (périphérique, autoroute A1) > avec des conséquences sur la santé.
• des espaces verts très réduits (squares, jardins partagés) > moins de 6 m2 d’espace vert par habitant (contre 48m2 / hab en moyenne).
• un dérèglement climatique sensible aussi au Pré (avec un impact sur la biodiversité notamment).

La Cité-Forêt du Pré Saint-Gervais

Pourquoi une Cité-Forêt ?
• 4000m2 de jardin-forêt : un projet innovant pour construire un patrimoine commun dans la continuité historique de la Cité-Jardin.
• crée un îlot de fraîcheur pour le quartier lors d’une canicule (climatiseur naturel).
absorption du CO2 dans l’atmosphère (puits de carbone).
• contribue à drainer les eaux de pluie dans une ville aux sols artificiels dominants.
limite les effets de la pollution en filtrant les particules.
• redonne une biodiversité à la ville.
• face à la forte densité, une ville plus agréable à vivre…
• un bâti exemplaire en bois/paille : constructions passives et végétalisées.

Un projet réaliste financé par l’habitat
• Une surface de 600/800m2 destinée à la construction de logements pour financer la réalisation du jardin-forêt.
• Un Tiers-Lieu pour les habitants avec rez-de-chaussée dédié à des activités sociales et solidaires : coopérative alimentaire, cantine, salles associatives et culturelles polyvalentes…

• UNE ZONE NATURELLE UNIQUE
• UN PATRIMOINE POUR LA VILLE
• UN POUMON AU CŒUR DE LA VILLE
• UN ÎLOT DE FRAÎCHEUR
• UN SOL RE-PERMÉABILISÉ
• UN ESPACE POUR TOUS, BON POUR LA SANTÉ
• UNE VILLE RÉSILIENTE IMPLIQUÉE CONTRE LE DÉRÈGLEMENT CLIMATIQUE

Un projet réaliste,
financé par l’habitat


Ressources


Les bienfaits de l’arbre en ville

Ernst Zürcher, spécialiste des arbres : « L’homme moderne présente un syndrome de manque de nature » Journal Minimal

La forêt urbaine. Wikipédia

Quand la forêt s’invite en ville. UP Magazine

Un entrepreneur indien crée des petites forêts en milieu urbain (Les observateurs France 24)

Bientôt une nouvelle forêt dans le Val-d’Oise ? (Les Echos)

Le projet de forêt sur la plaine de Pierrelaye-Bessancourt commence à éclore (Le Parisien)

Combien d’arbres faudrait-il planter pour compenser la pollution d’une seule personne ? (E-RSE)

Reforestation en France  (Reforestaction)

Avant/Après. (Afforestt)

La pollution de l’air aurait aussi des effets sur le développement du cerveau des enfants (Le Monde)

Paris plante sa première forêt !

La forêt linéaire (Ecologik Magazine)

La forêt-jardin gagne du terrain (le Point)

Fête au Jardin Divers

Dimanche 14 octobre dès 11h

Nous vous attendons nombreux ce dimanche, avec au programme :

• 11h : Ouverture
• 12h : Repas participatif
Nous cuisinerons sur place une des courges géantes en soupe (nous avons une grosse bouteille de gaz, il nous manque le réchaud et le détendeur… si vous avez ça, on serait ravi!!!). Sinon nous la préparerons en amont. Si le temps le permet, BBQ partagé, apportez vos victuailles à griller, ou autre quiches, salades, boissons…
• 14 h : Concert Les Chaloopers
• 15 h : Inauguration de l’arbre à palabres avec Aimé, conteur-slameur pour petits et grands (accompagné par Latiniasse à la guitare)
Vous pourrez aussi tout au long de cette journée, découvrir ou adhérer à la monnaie locale :  La Pêche, avec la présence de l’éco-roulotte.
S’il ne fait pas trop humide, nous ensacherons notre récolte de graines 2018.
A dimanche !

Un plan de résilience locale pour le Pré

Dans un contexte de réchauffement climatique (+5°C d’ici la fin du siècle), de chute de la biodiversité (6e grande extinction) et d’une forte dépendance aux énergies fossiles, et dans la perspective d’un effondrement généralisé de nos sociétés, les villes sont particulièrement vulnérables. Certaines grandes villes travaillent déjà à un plan de résilience pour anticiper, s’adapter et faire face aux chocs à venir. Aussi, proposons-nous la création d’un Plan de résilience locale pour la ville du Pré Saint-Gervais.

Pour initier cette démarche, nous avons travailler autour de 5 grandes thématiques :

  • COMPRENDRE : un cour public autour des conséquences du réchauffement climatique
  • CONNECTER (nature>ville) : la végétalisation en pleine-terre de trottoirs (favoriser la biodiversité, créer des îlots de fraicheur et favoriser le ruissellement des eaux de pluie)
  • NOURRIR : une implication de la ville dans le projet CARMA pour l’exploitation et le maintien des terres fertiles sur le triangle de Gonesse
  • RALENTIR : un plan-vélo sur la ville pour favoriser le recours à ce moyen de transport
  • RESPIRER : un jardin-forêt sur la parcelle Busso pour créer un poumon (lutte contre la pollution, îlot de fraicheur, biodiversité, gestion eaux de ruissellement…)

  • La ville du Pré face au dérèglement climatique & à la chute de la biodiversité

Document de travail produit par les membres de l’association à l’occasion d’une rencontre avec Gérard Cosme, le Maire du Pré Saint Gervais.

Télécharger le PDF

Sources :

Réchauffement climatique : +5°C si on ne fait rien

La sixième extinction de masse des animaux s’accélère

Manuel de transition: chapitre 1, pic pétrolier et changement climatique (partie 1/2)

Théories sur les risques d’effondrement de la civilisation industrielle

Carma Gonesse

Gonesse : « L’idée du projet Carma, c’est vraiment la terre et l’agriculture »

CARMA : un autre destin pour le Triangle de Gonesse

Le paysage au service de la biodiversité dans la ville durable
Pour une écologie urbaine soutenable

La biodiversité en ville dense

La ville-nature

Aménager la nature en ville

Coopérative Électrons Solaires : un projet citoyen, local et écologique

Coopérative Électrons Solaires – Rejoignez-nous !
Une vidéo réalisée avec la complicité de Rim, Thelma, Harsh, Mia, Zoé, Joël, Sabine,
Antoine, Chloé, Melinda, Françoise, Pascaline, Thierry, Michel, Pierre.
cc association Électrons Solaires 93
 

Soyez membre fondateur de la Coopérative citoyenne Électrons Solaires.
Venez le 26 juin 2018 à 19h30
(Accueil à partir de 19h)

Halle de l’Avenir, Les Lilas
(
Bd Jean Jaurès, face au Collège Marie Curie)
pour participer à la Fête de la création 

et mettre votre nom sous les statuts avec tous les membres fondateurs.

Produire de l’électricité solaire ici, c’est possible  !

 

 

 C’est quoi Électrons Solaires ?

C’est une Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) s’inscrivant dans l’Économie Sociale et Solidaire, système économique qui place les personnes, et non le capital, au cœur du projet.

Ce statut permet une démarche collective et participative.

 Comment produire cette électricité renouvelable ?

En installant des panneaux solaires sur les toits, aux Lilas, au Pré-St-Gervais, à Romainville, et dans les villes environnantes d’Est Ensemble.
Nos premiers objectifs : équiper les toits d’une école des Lilas (Romain Rolland ou Waldeck-Rousseau), d’un gymnase du Pré-St-Gervais, d’une copropriété du Pré-St-Gervais et d’une maison de particulier.

 

 Quel financement ?

D’abord de l’épargne citoyenne, ensuite un emprunt auprès des banques coopératives.
Chaque habitant.e peut souscrire une part à 100€ (ou plusieurs) dans la coopérative et devenir associé.e.

 Qui est dans la coopérative ?

Les personnes et les collectivités territoriales qui ont souscrit des parts.
Avec le principe “Une personne = une voix”, quel que soit son nombre de parts dans la coopérative, chacun.e prend part aux décisions à égalité !

 

 Pourquoi Électrons Solaires a besoin de vous ?

Parce que l’implication des habitant.e.s est essentielle pour assurer son développement et sa réussite.

En devenant associé.e de la Coopérative citoyenne Électrons Solaires, vous participez à ce projet, vous donnez un sens à votre épargne et vous prenez part aux décisions à égalité avec les autres.

– 100 € : vous rejoignez l’aventure Électrons Solaires
– 500 € : vous adoptez un panneau solaire sur l’une des écoles des Lilas
– 800 € : vous compensez la consommation annuelle d’un foyer

– Engagement de souscription  pour des parts de la Société Coopérative Électrons Solaires.

 

 

Source

Des composteurs collectifs au Pré

Un composteur collectif sera mis en service samedi 21 mai au square Edmond Pépin.

[edit  14/06/2018]

Le composteur collectif du square Edmond Pépin a été déplacé au square Salvator Allende.
Il est en accès libre. Des bioseaux sont à disposition à l’accueil de la Mairie du Pré.

Le composteur collectif du Jardin Divers (angle des rues Paul de Kock / Estienne d’Orves) est ouvert aux adhérents (des associations Pré en Transition ou La Vaillante) : adhérer au Pré en Transition.

D’autres jardins partagés sont équipés d’un composteur collectif.
Renseignez-vous auprès des associations qui gèrent ces jardins.

 

Fête des Terres de Gonesse

Dimanche 27 mai : Journée de mobilisation

L’annulation de l’arrêté préfectoral de création de la ZAC du Triangle de Gonesse par le tribunal administratif de Cergy ne suffit pas pour décider l’abandon du projet EuropaCity. Vianney MULLIEZ, président d’Immochan, filiale du groupe AUCHAN, et les promoteurs du projet EuropaCity ont organisé le 4 avril une opération de séduction centrée sur la présentation des lauréats de leur concours d’architecture lancé à l’automne 2017.

Comme l’a noté un éminent observateur des questions d’urbanisme et d’architecture, Luc LE CHATELIER, journaliste à Télérama et rédacteur du blog “Permis de Construire” dans un billet gentiment moqueur intitulé : “EuropaCity ? Tout va très bien, madame la Marquise !” : “Sur le fond, aucun architecte ne s’est exprimé sur le sens de ce projet de société paillette et mercantile. Encore moins sur la pertinence d’artificialiser 280 hectares de bonne terre à blé aux portes du Grand Paris.”

Ainsi puisque l’annulation de l’arrêté préfectoral de création de la ZAC Triangle de Gonesse ne décourage ni Auchan ni Wanda, il revient aux amis de la nature, des terres agricoles, des cultures maraîchères et des espaces de respiration en zone péri-urbaine de continuer à se rassembler et à se manifester pour montrer qu’ils seront toujours là pour protéger les terres fertiles du triangle de Gonesse, les dernières au Sud de Roissy et au Nord de Paris. Face à la puissance financière des promoteurs français et chinois, redoublons d’efforts pour que les décideurs politiques se saisissent enfin du projet CARMA, seul projet alternatif issu du terrain, peu gourmand en investissement, inspiré des expériences concrètes menées en agriculture périurbaine et vivrière à Barcelone et à Milan, seul projet susceptible de reconstruire le lien entre producteurs, consommateurs et habitants.

Source

le bokashi, le compost à la japonaise

Parfait compagnon des jardiniers urbains, le bokashi est une astucieuse méthode japonaise permettant de composter les déchets sans odeur, et en un minimum de place. (…}
Le bokashi, méthode découverte dans les années 1960 par le professeur d’université japonais Teruo Higa, se base sur l’agrégation de bactéries qui, une fois regroupées grâce à la fermentation des déchets alimentaires, deviennent capable de nourrir efficacement le sol et les végétaux. Encore méconnue, cette façon de composter simple et efficace se voit aujourd’hui expliquée dans un très joli petit livre écrit par Sue Quinn, et paru aux éditions Marabout.

UNE MÉTHODE RAPIDE ET AMUSANTE

Signifiant en japonais « matière organique fermentée », le bokashi consiste en la fermentation de vos déchets alimentaires à l’aide de deux seaux (un pour les déchets, l’autre pour recueillir le “jus”) et d’un peu de son de bokashi (qui permet transformer les déchets ménagers en engrais plein de nutriments). Celle-ci donnera alors un “thé” en à peine 15 jours, qui pourra servir à nettoyer vos canalisations ou à nourrir la terre de vos plantes une fois dilué. Mais attention, il faudra pour cela avoir bien respecté quelques préceptes expliqués par l’auteur Sue Quinn, et illustrée tout en couleur par Michelle Tilly. Un exemple ci-dessous, avec la page expliquant graphiquement le bokashi !

LES AVANTAGES DU BOKASHI

Plus facile que le lombricompostage, autre méthode exploitable en petits espaces qui permet de composter ses déchets grâce à l’utilisation de vers, cette technique permet de se lancer en toute facilité dans un compostage en quantité raisonnable. Car les vers du lombricompostage, un brin capricieux, demandent à la fois à bien savoir doser les déchets (ils aiment les Ph neutres) ainsi que la température (comme vos collègues de bureau, ils ne supportent pas le froid trop froid, ni le chaud trop chaud). Le bokashi, qui ne demande lui que très peu d’entretien, permettra donc aux apprentis jardiniers de nourrir la terre de leurs plantes sans avoir à répondre aux caprices des lombrics, ou à avoir recourt à un compostage plus fastidieux, et plus envahissant. Enfin, dernier avantage, il se trouve être écologique que les autres méthodes car il ne relâche pas de gaz à effet de serre, et fera même gagner plusieurs mois à tous les amateurs de compostage classique – car les déchets utilisés pour leur bokashi se décomposeront en à peine deux à trois semaines dans un composteur classique.

Source

 

 

Autres ressources :

Brind’infos : Bokashi

Le Jardin comestible : Valorisez vos déchets grâce au bokashi

Hortik le blog : le compostage bokashi, c’est quoi et  comment ça fonctionne ?

Tutorial Low Tech Lab : Fabriquer ses seaux à bokashi.

 

« Older posts