Page 2 of 16

Matinée festive: goûtez des pains, ayez la Pêche

SAMEDI 29 AVRIL DE 10H À 13H

Matinée festive à la Boulangerie du Marché,

le boulanger-pâtissier de la Boulangerie du Marché (70 rue André Joineau)

Venez découvrir ou redécouvrir le pain des copains, offrez une baguette Bio à votre famille ou une baguette solidaire à un inconnu.
Vous serez accueillis avec le sourire et pourrez déguster plusieurs spécialités aux graines de sésame et de pavot.

OÙ PUIS-JE AVOIR DES PÊCHES ?

Tous les samedis de 11h à midi au point de compost square Edmond Pépin.

Au comptoir de l’éco-roulotte présente sur place pour
l’événement le samedi 29 avril de 10h à 13h.

OÙ PUIS-JE DÉPENSER MES PÊCHES AU PRÉ ?

  • Librairie «Temps-livres» (86 rue André Joineau)
  • Imprimerie Univercom (38 rue d’Estienne d’Orves)
  • Kiosque Presse (près du square Edmond-Pépin)
  • Charcutier-traiteur : Maison Remande (74 rue André Joineau)
  • Boulangerie du Marché (70 rue André Joineau)
  • Boucherie du Pré (59 rue André Joineau)
  • Traiteur italien : Di Tutto Un Po (1 rue Danton)
  • La Fleur en Coton (31 rue du 14 Juillet)
  • Laboratoire d’analyses médicales Sainte Beuve (9 avenue Faidherbe)
  • L’institut de Peau-Line (28 rue d’Estienne d’Orves)
  • Biomôme et Bômino (15 place Séverine)
  • Encadreur: Atelier Mondineu (44 rue Honoré d’Estienne d’Orves)

Nos commerçants ont la Pêche !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vous aussi, vous souhaitez accepter les paiements en Pêche, monnaie locale ?

Contactez-nous !

 

26 mars : Fête des Friches au Pré

Une Pêche en fleurs

Vous êtes venus nombreux, ce samedi 25 février, pour découvrir ou redécouvrir, dans la rue du 14 juillet, ce petit coin de poésie: La Fleur en Coton. Tandis que les enfants nourrissaient les vers du compost ou composaient la fresque florale, les parents ou grands-parents échangeaient leurs euros en Pêches, avant de choisir un bouquet à offrir.

OÙ PUIS-JE AVOIR DES PÊCHES ?

Tous les samedis de 11h à 12h au point de compost square Edmond Pépin.

OÙ PUIS-JE DÉPENSER MES PÊCHES AU PRÉ ?

  • Librairie «Temps-livres» (86 rue André Joineau)
  • Imprimerie Univercom (38 rue d’Estienne d’Orves)
  • Kiosque Presse (près du square Edmond-Pépin)
  • Charcutier-traiteur : Maison Remande (74 rue André Joineau)
  • Boulangerie du Marché (70 rue André Joineau)
  • Boucherie du Pré (59 rue André Joineau)
  • Traiteur italien : Di Tutto Un Po (1 rue Danton)
  • La Fleur en Coton (31 rue du 14 Juillet)
  • Laboratoire d’analyses médicales Sainte Beuve (9 avenue Faidherbe)
  • L’institut de Peau-Line (28 rue d’Estienne d’Orves)
  • Biomôme et Bômino (15 place Séverine)
  • Encadreur: Atelier Mondineu (44 rue Honoré d’Estienne d’Orves)

Troc de graines et atelier semis au Jardin Divers au Pré

Rendez-vous reporté au dimanche 19 mars 2017 de 14h à 17h
au Jardin Divers* pour un Troc de Graines
et un atelier semis.

*angle des rues Paul de Kock et Estienne d’Orves au Pré Saint-Gervais

 

Pic de pollution au Pré !

Les effets de la pollution de l’air

Capture d’écran 2017-01-23 à 13.56.11

Source

On fait quoi ? On se met au vélo !

Tous nos Vœux de Transition !

Voeux2017

Quelles sont vos résolutions ?

  • M’inscrire dans une AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) pour manger de bons légumes locaux et de saison et soutenir une agriculture durable.
  • Me déplacer en vélo pour tous mes courts trajets.
  • Emettre moins de gaz à effet de serre (GES) en déposant mes déchets aux composteurs collectifs.
  • Donner du sens à mes échanges en utilisant la monnaie locale La Pêche.
  • Autre ? précisez dans les commentaires plus bas.

Qu’est-ce qu’on attend ?

Le film

Qui croirait que la championne internationale des villes en transition est une petite commune française ? C’est pourtant Rob Hopkins, fondateur du mouvement des villes en transition, qui le dit. « Qu’est-ce qu’on attend ? » raconte les multiples initiatives qui permettent à cette petite ville alsacienne de 2 200 habitants de réduire son empreinte écologique.

La municipalité d’Ungersheim a lancé en 2009 un programme de démocratie participative, baptisé « 21 actions pour le 21ème siècle » qui englobe tous les aspects de la vie quotidienne : l’alimentation, l’énergie, les transports, l’habitat, l’argent, le travail et l’école. « L’autonomie » est le maître mot du programme qui vise à relocaliser la production alimentaire, à promouvoir la sobriété énergétique et le développement des énergies renouvelables, et à soutenir l’économie locale grâce à une monnaie complémentaire (le Radis). Depuis 2005, la commune a économisé 120 000 euros en frais de fonctionnement et réduit ses émissions directes de gaz à effet de serre de 600 tonnes par an. Elle a créé une centaine d’emplois. Et elle n’a pas augmenté ses impôts locaux. Alors, qu’est-ce qu’on attend ?

Tourné sur quatre saisons, pendant une année cruciale – 2015 – qui a vu l’aboutissement de la quasi totalité du programme de transition, le film a d’abord pris la forme d’un reportage de 52 minutes, diffusé par France 3 Alsace le 7 mai dernier sous le titre « Sacré Village ! » Ce format ne suffisait cependant pas à rendre raison de la richesse du matériel filmé ni de la richesse humaine qu’il représentait : la démarche de transition globale, encouragée par la municipalité et désirée par des citoyens éclairés, génère une puissante dynamique, qui va s’amplifiant tout au long du film. Pour évoquer cette aventure citoyenne, il semblait plus adapté de substituer au commentaire journalistique la parole des personnages, racontant eux-mêmes leurs motivations, leurs hésitations, leurs enthousiasmes.

Ainsi a germé l’idée de porter sur grand écran l’histoire exemplaire d’Ungersheim. Une histoire portée par ses personnages, élus ou simples habitants… Jean-Sébastien, jeune intendant de la régie agricole municipale, qui a quitté son métier de vétérinaire pour plus d’éthique. Muriel, co-propriétaire du nouvel éco-hameau construit selon les principes de Bedzed. Christophe et Lili, qui ont converti l’exploitation familiale pour devenir paysans-boulangers. Sébastien, Hayat, Céline, salariés en insertion aux Jardins du Trèfle Rouge. Et bien sûr, Jean-Claude Mench et ses adjoints à la Mairie d’Ungersheim, grands artisans du programme municipal qui articule l’ensemble de ces actions. Ils méritaient un film, pour que les initiatives collectives et le bonheur d’agir se répercutent en échos, et que des communes aux quartiers, les spectateurs rassemblés se posent la question titre : « Qu’est-ce qu’on attend ? »

 Source

Page FB du film

 

L’exemple d’Ungersheim

De la drogue dans nos assiettes ?

Un film de Rémy Burkel et Sylvie Deleule
En collaboration avec Laure Noualhat

affiche_cine_drogueassiette

Glaces, chips, plats tout préparés… Impossible d’y résister. Obèses ou en bonne santé, ce n’est plus la question : nous sommes tous accros à l’alimentation industrialisée qui représente 80% de ce que nous ingurgitons. Rémy, un franco-américain, sillonne l’Europe et l’Amérique pour comprendre comment l’addiction alimentaire s’est généralisée. Auprès des scientifiques qui traquent l’addiction au sucre, des industriels qui jouent avec nos faiblesses, des juristes qui préparent la révolte citoyenne, mais aussi des chefs et des simples gourmands, Rémy mène une enquête sur notre prochaine désintox alimentaire.

Le Pré en Transition propose une soirée sur la malbouffe vs les potagers partagés, les AMAPS, le BIO et les bonnes habitudes.

Vendredi 25 novembre

19h 30 SALLE DANTON
Rue Danton au Pré Saint Gervais 

en présence des réalisateurs

 

 

« Older posts Newer posts »